Marques et signes des identités "paria": Intouchables et "castes criminelles" en Inde

Résumé : Le Paria ou encore Intouchable est dans l'imaginaire occidental une des figures emblématiques de l’Inde et de son « système de castes ». Dans le langage courant les deux mots n'ont cependant pas eu la même fortune, et si le terme péjoratif de paria est employé pour désigner une personne exclue d'un groupe donné, un rebut de la société, le terme intouchable quant à lui est très souvent employé pour désigner une personne qui par son importance serait au dessus des lois humaines. Le terme paria, emprunté à la langue portugaise, vient lui même de la langue tamoule. Paria est en effet la latinisation du mot tamoul Paraiyar qui désigne une communauté d'Intouchables, parmi beaucoup d'autres, du sud-est de l'Inde, aujourd'hui le Tamil Nadu. En Inde, l'intouchabilité frappe des communautés socio-économiques endogames qui, de par leur occupation traditionnelle, sont regardées comme étant en état de pollution rituelle permanente. Ainsi s'acquittant des tâches les plus dégradantes aux yeux de la société indienne, comme l'enlèvement des ordures, le tannage, le fossoyage, ces communautés sont mises à l'écart du reste de la société car leur simple contact est considéré comme polluant. Cette notion d'intouchabilité trop souvent perçue comme monolithique recouvre, pourtant, des populations et des situations bien différentes. Dans cet article, nous allons illustrer cette diversité à travers des exemples pris à deux régions de l’Inde : la presqu’ile du Saurashtra, au Gujarat au nord-ouest du pays, et la région de Tanjore, dans l'État du Tamil Nadu, dans le sud-est. Notre premier exemple concerne les Waghri, parfois vus comme les descendants d’une ‘tribu’ absorbée par la société hindoue en tant que « serviteurs » et ouvriers, tandis que le second est emprunté au monde rural tamoul et nous est fourni par les Valluvar, astrologues et médecins, qu’on appelle parfois « les Brahmanes des Intouchables ». Si les premiers constituent le groupe le plus bas, et le plus stigmatisé, parmi toutes les communautés de l'État du Gujarat, les Valluvar jouissent d’un certain respect parmi les autres communautés intouchables et même dans la société des castes du pays tamoul.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01819038
Contributor : Alexis Avdeeff <>
Submitted on : Tuesday, June 19, 2018 - 8:52:33 PM
Last modification on : Monday, September 30, 2019 - 9:34:08 AM
Long-term archiving on: Monday, September 24, 2018 - 11:03:58 PM

File

Avdeeff et Tambs-Lyche - Marqu...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01819038, version 1

Collections

Citation

Alexis Avdeeff, Harald Tambs-Lyche. Marques et signes des identités "paria": Intouchables et "castes criminelles" en Inde. Diasporas. Circulations, migrations, histoire, Presses Universitaires du Midi, 2011, Marquer, discriminer, exclure, pp.62-82. ⟨halshs-01819038⟩

Share

Metrics

Record views

245

Files downloads

83