Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La mémoire du risque

Résumé : Faire progresser la culture du risque, et sa prise en compte dans les plans d'urbanisme, passe par la mémoire du risque. Un domaine fondamental, mais peu pris en compte, sur lequel l'auteur propose un éclairage. Depuis le début des années 2000, la France a subi 670 catastrophes naturelles (Ubyrisk, 2011), dont le coût humain s'élève à 15 000 morts - la canicule de 2003 est pour beaucoup dans ce bilan - et le coût économique à 30 milliards d'euros… Avec ces chiffres, rappelés le 3 mai 2011 devant les sénateurs, Alain Anziani et Bruno Retailleau, rapporteurs d'un projet de loi visant à mieux tenir en compte du risque de submersion marine, ont notamment souligné l'absence d'une culture du risque chez les Français, contrairement aux Néerlandais et aux Japonais. En fait, l'appréhension du risque est paradoxale. Le risque absorbe toute notre attention dans l'actualité immédiate, lorsqu'une catastrophe bien tangible vient nous rappeler que le risque existe. Mais il ne redevient qu'une probabilité (le risque est le produit d'un aléa et d'une vulnérabilité), largement ignorée, sur le temps long. L'absence d'une mémoire des événements se trouve donc aux fondements de l'absence de culture du risque. C'est ce domaine de la mémoire du risque, encore trop souvent négligé, que cet article propose de mettre en lumière.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02883148
Contributor : Johan Vincent <>
Submitted on : Sunday, June 28, 2020 - 6:29:19 PM
Last modification on : Tuesday, October 6, 2020 - 2:24:05 PM

File

EF Mémoiredurisque.pdf
Explicit agreement for this submission

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02883148, version 1

Citation

Johan Vincent. La mémoire du risque. Études foncières, ADEF, 2011, p. 14-17. ⟨halshs-02883148⟩

Share

Metrics

Record views

32

Files downloads

41