Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Logiques managériales et entrepreneuriales des diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles françaises (1990-2000)

Résumé : Depuis le milieu des années 1960, les grandes écoles françaises constituent un lieu de production et de reproduction d’une partie des élites tunisiennes et marocaines. Ce constat fait écho aux thèses d’Anne-Catherine Wagner (1998) pour qui le passage par une université ou une grande école étrangère fait partie des conditions de reproduction des couches sociales supérieures, en particulier dans les pays nouvellement indépendants. Mais cette production/reproduction implique, pour partie, que les ingénieurs diplômés ainsi formés à l’étranger retournent dans leur pays d’origine. Par conséquent, ce mode de formation des élites débouche sur la question des dynamiques d’expatriation et celle du retour des diplômés. Il pose la question, depuis la fin des années 1980, de la mobilité d’une population de futurs hauts cadres et dirigeants d’entreprises qui se sédentariseraient dans les pays développés, sitôt le diplôme obtenu. La mobilité conduit également à interroger l’insertion professionnelle de ces diplômés : sont-ils plutôt enclins à occuper des postes de cadres supérieurs dans des entreprises d’envergure internationale ou à créer des entreprises ? Disons-le d’emblée, c’est plutôt la première option qui l’emporte. Leurs pratiques rejoignent celles des ingénieurs français diplômés de grandes écoles. En 2010, parmi ces derniers, 9 sur 10 sont salariés dans le secteur privé ou dans des entreprises nationalisées. 7,4 % seulement sont chefs d’entreprise, salariés ou propriétaires, 6 % travaillent dans une entreprise qu’ils ont créée ou reprise, 5,6 % envisagent de le faire d’ici 2 ans . En nous référant aux catégories proposées par Anne-Catherine Wagner (2005), nous pouvons repérer dans notre population trois figures de mobilité : les « cosmopolites » polyglottes, les cadres ou managers « internationaux » et les « nationaux ». Les premiers se définissent comme des « citoyens du monde », se situant au-delà des frontières et des identités nationales. Ils sont plutôt rares dans notre population. En revanche, nos diplômés sont bien représentés chez les « managers internationaux ». Les cadres marocains et tunisiens que nous avons rencontrés sont souvent binationaux et se disent biculturels. Ils sont pour la plupart très attachés à leur pays d’origine, à leur culture nationale et à leur famille. Enfin, une troisième et dernière catégorie de cadres ou de managers, qui concerne surtout les Marocains, peut être définie comme « nationale », dans la mesure où les liens professionnels et personnels avec la France sont devenus très ponctuels et distendus depuis leur retour au « pays », dès la fin de leurs études. Les diplômés des grandes écoles qui créent leur entreprise ou en héritent sont plutôt inscrits dans des trajectoires de retour, même si certains se lancent dans l’aventure en France. Mais de manière générale, les logiques qui sous-tendent la mobilité géographique, tout au moins dans les dix années suivant la sortie de la grande école, ne s’inscrivent pas dans la perspective de créer une entreprise ou d’hériter de l’entreprise familiale. Elles ont à voir avec la construction de leur carrière, à l’étranger comme dans leur pays d’origine, dans des entreprises aux dimensions internationales (SSII, grands opérateurs de télécommunication, secteur bancaire). Elles sont liées aussi à leurs attaches familiales qui les retiennent parfois en France (quand leur conjointe est française) ou les conduisent à rentrer au pays (quand leur conjointe est marocaine ou tunisienne) pour se rapprocher de leur famille.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

Cited literature [8 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01211145
Contributor : Eric Gobe Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Saturday, October 3, 2015 - 2:56:22 PM
Last modification on : Monday, June 13, 2022 - 3:03:18 PM
Long-term archiving on: : Monday, January 4, 2016 - 10:15:13 AM

Files

Gobe Marry Chamozzi _Logiques ...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01211145, version 1

Citation

Eric Gobe, Catherine Marry, Françoise Chamozzi. Logiques managériales et entrepreneuriales des diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles françaises (1990-2000). IRMC. L'entrepreneuriat transméditerranéen. Les nouvelles stratégies d'internationalisation, Karthala, 2015, 978-2-8111-1351-3. ⟨halshs-01211145⟩

Share

Metrics

Record views

190

Files downloads

238