Laâyoune, une ville interface saharienne

Résumé : La ville de Laâyoune apparaît comme une incongruité géographique. Cette cité a connue au cours des trente dernières années une croissance spectaculaire en dépit d'un environnement hostile et très insuffisant en ressources tant économiques qu'aquifère. La région ne reçoit que 45 mm d'eau par an. Les 2/3 de l'eau de la ville provient d'une usine de désalinisation et le reste de la nappe phréatique. Cette dernière a baissé de moitié sur les vingt dernières années et connaît des problèmes d'infiltration de l'eau de mer. Avant la marche verte, en 1975, la ville était un poste militaire espagnol comptant 6000 habitants permanents. Elle n'était, avant 1930, qu'un point de ravitaillement en eau des caravanes de passage. Aujourd'hui, il s'agit de la seconde ville du Sahara avec près de 200 000 habitants. Cette croissance n'a en rien à voir avec un quelconque boom économique. Cette explosion démographique peut se comprendre si l'on appréhende la ville comme une interface entre deux Océans : le Sahara d'une part, et l'Atlantique (et au-delà, l'Europe) d'autre part. Laâyoune est la clé de voûte de la politique saharienne du Maroc. Le contrôle de l'ensemble du territoire saharien repose sur le contrôle de la ville. La cité fait figure de porte d'accès à un Hinterland qui s'étend jusqu'à la Mauritanie. Cette stratégie politique repose sur un arrière-plan économique. Le port de la ville permet l'exploitation des ressources naturelles de la région, principalement la pêche et le phosphate. Par ailleurs, la ville se situe à 80 Kms des côtes des Canaries espagnoles. Cette proximité géographique se surimpose au contexte historique puisque la région fut sous domination espagnole entre 1919 et 1975. Une forte communauté sahraouie réside pour ces raisons dans l'Archipel. Elle est le support d'une importante circulation migratoire entre les deux rives. Depuis la fin des années 1990, avec la traversée de plus en plus difficile du détroit de Gibraltar, des migrants d'autres régions du Maroc, puis d'autres régions du monde, sont venus grossir les flux migratoires. Pour cette raison, Laâyoune fait figure de porte sur l'Europe et sur le monde. Nous allons essayer ici de dégager les raisons de cette croissance. Nous présenterons en premier lieu la composition de la population et leur origine. Dans un second temps, nous établirons le lien entre l'augmentation de la population et le conflit du Sahara Occidental. Enfin, nous nous pencherons sur une autre forme de mobilité qui s'inscrit en seconde main dans le contexte général : celle des immigrés clandestins qui tentent de rentrer en Europe par les Canaries.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00820956
Contributor : Thomas Lacroix <>
Submitted on : Tuesday, May 7, 2013 - 9:44:40 AM
Last modification on : Wednesday, September 5, 2018 - 1:30:09 PM
Long-term archiving on : Tuesday, April 4, 2017 - 5:52:15 AM

File

Com_Aix_2005.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-00820956, version 1

Citation

Thomas Lacroix. Laâyoune, une ville interface saharienne. La ville au Sahara et dans le désert, Dec 2005, Aix en Provence, France. ⟨halshs-00820956⟩

Share

Metrics

Record views

594

Files downloads

2548