Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques

Résumé : 1968, pour les catholiques, est l’année de la publication de l’encyclique Humanae Vitae. Peu après le concile Vatican II, qui avait déçu des féministes catholiques comme Cécile de Corlieu, le texte du magistère rappelait avec vigueur l’interdit pesant sur la maîtrise par les femmes de leur fécondité et de leur sexualité. Les réactions furent nombreuses et révélatrices de la mise en crise de la morale sexuelle catholique. Cet article revient sur un moment particulier pour l’Église et pour le féminisme : celui du décrochage d’une partie des fidèles de la parole du magistère sur les questions sexuelles, et celui de l’entrée difficile de certaines catholiques dans l’espace de la cause des femmes, à une époque où l’autonomie des femmes et leur droit à la contraception et à l’interruption volontaire de grossesse étaient l’objet principal du féminisme.
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01348726
Contributeur : Caroline Sagat <>
Soumis le : lundi 25 juillet 2016 - 16:16:58
Dernière modification le : jeudi 23 août 2018 - 15:32:04

Fichier

NQF_351_0082.pdf
Publication financée par une institution

Identifiants

Collections

Citation

Magali Della Sudda. Par-delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques. Nouvelles questions féministes, Antipodes, 2016, Morales sexuelles, pp.82-100. 〈https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2016-1-page-82.htm〉. 〈10.3917/nqf.351.0082〉. 〈halshs-01348726〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

273

Téléchargements de fichiers

45