Transferts d'apprentissage et domaines de connaissances dans les écoles bilingues dioula-français au Burkina Faso : les mathématiques au primaire

Résumé : Les élèves éprouvent des difficultés dans l’utilisation de leurs acquis linguistiques pour l’apprentissage des mathématiques et cela se ressent sur leur motivation et leurs performances scolaires. Issu d’un environnement plurilingue, l’enfant burkinabè arrive à l’école avec son lot de connaissances, de représentations, somme de ses expériences. Fort de ce «déjà-là», il ne doit pas être une «tête à remplir», mais plutôt à «nourrir» et à soutenir pour qu’il construise lui-même ses connaissances. Ce qui implique pour l’élève d’être placé au centre des processus d’apprentissage. Tout apprentissage comporte des difficultés et nous avons opté pour étudier celles que rencontrent les apprenants en mathématiques pour in fine proposer des pistes de solutions pour l’enseignement/apprentissage des mathématiques en dioula et en français dans les écoles bilingues. Malgré des références aux théories des situations didactiques, notre thèse ne porte pas exclusivement sur la didactique des mathématiques. L’objectif est avant tout d’ordre linguistique car la description du corpus insiste sur l’analyse des échanges verbaux pendant des séquences de mathématiques dans des classes bilingues. En effet, notre travail a eu comme support des séquences de classe filmées et transcrites selon le logiciel CLAN dans l’école bilingue de Lafiabougou «B», au Burkina Faso. Au regard de l’analyse des séquences de classe, il se dégage la nécessité pour l’enseignant de se forger une représentation du fonctionnement de l’oral et de l’écrit en L1 d’une part et l’oral et l’écrit en L2, d’autre part, en accordant de l’importance à l’oral et à l’écrit. Il doit établir des ponts entre L1 et L2 aux différents niveaux d’organisation de la séquence de mathématiques et l’une des conditions est que l’enseignant mène son activité de sorte que l’élève, face aux savoirs, construise des métaconnaissances, aussi doit-il songer à établir un rapport entre transferts d’apprentissage et métacognition. L’apprentissage d’une langue nécessite une somme d’habiletés linguistiques ; aussi, est-il important de discerner les niveaux de compétences linguistiques et de se pencher sur leurs impacts sur les apprentissages. Ce qui demande de la part des acteurs des comportements métalinguistiques axés sur la comparaison L1-L2. Une des difficultés rencontrées par l’élève se situe dans le comportement langagier des enseignants, précisément leur propension à ne pas reformuler ou faire reformuler (Noyau, 2010). Sur la base de ces analyses, nous finissons par un ensemble de préconisations sur les reformulations didactiques entre L1 et L2 pour la formation des enseignants des écoles bilingues.
Type de document :
Thèse
Linguistique. Université Paris Ouest - Nanterre - la Défense, 2015. Français
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [260 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01403548
Contributeur : Oumar Lingani <>
Soumis le : samedi 26 novembre 2016 - 14:47:41
Dernière modification le : mardi 23 janvier 2018 - 12:54:05
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 mars 2017 - 16:23:54

Identifiants

  • HAL Id : tel-01403548, version 1

Collections

Citation

Oumar Lingani. Transferts d'apprentissage et domaines de connaissances dans les écoles bilingues dioula-français au Burkina Faso : les mathématiques au primaire. Linguistique. Université Paris Ouest - Nanterre - la Défense, 2015. Français. 〈tel-01403548〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

162

Téléchargements de fichiers

1342