Mouvements populaires et Partis politiques (1986-1996) : la restructuration manquée de l’ordre politique agonisant

Résumé : La chute de la dictature duvaliériste, le 7 février 1986, marque un véritable tournant dans l’évolution politique du pays. La situation nouvelle qui en résulte est généralement analysée ou comprise sous l’angle de l’explication découlant du paradigme des transitions. Ce cadre d’analyse s’est révélé en tous points inadapté pour rendre compte des bouleversements enregistrés. Dès lors, la recherche d’une explication alternative vient à se poser. Cette recherche tente d’explorer cette voie. Et elle soulève un questionnement fondamental qui appréhende la crise haïtienne sous l’angle de l’épuisement de l’ordre politique imposé lors de la première occupation américaine pendant la période 1915-1934. Le défi de cette restructuration du champ politique avait sollicité davantage le rôle et l’action de deux nouveaux acteurs qui ont durablement émergé dans la vie politique du pays à partir des années quatre-vingt : les mouvements populaires et les partis politiques. L’interaction qui s’établit entre ces deux acteurs avait acquis à la fois une dimension complexe et problématique. D’une part, ils (les acteurs) n’avaient pas pu développer une claire conscience de leur rôle dans le processus de transformation politique en cours. D’autre part, il s’est établi entre les deux acteurs un radical antagonisme qui a fini par compromettre la possibilité de construction des capacités politiques nationales en vue de favoriser une évolution positive dudit processus. Le retour à la domination directe américaine, avec l’intervention militaire de 1994, consacrera l’impossibilité de trouver une issue à la crise au plan interne. Cette intervention confirmera la réalité de l’épuisement de l’ordre politique de 1934 tout en provoquant des contradictions nouvelles. Elle a notamment contribué à précipiter la suppression de l’armée, tout en procédant de manière quasi-totale à la confiscation de la souveraineté du pays. Pendant la décennie 1986-1996 qui reste charnière dans le processus de changement politique en Haïti, il n’a pas été possible donc d’aboutir à une redéfinition de l’ordre politique agonisant. Mais l’enjeu de son renouvellement reste indispensable. Malgré leurs faiblesses et les controverses à la base de leur relation, les mouvements populaires et les partis politiques demeurent encore les deux principales formes de représentation politique ou d’action collective qui puissent aider d’avancer dans cette direction. La difficulté majeure est d’arriver à définir l’originalité de l’articulation entre ces deux acteurs qui pourrait bien convenir dans le contexte actuel marqué à la fois par le reflux des mouvements et le faible niveau d’enracinement de la forme partisane.
Type de document :
Thèse
Science politique. Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III, 2011. Français. 〈NNT : 2011PA030079〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [211 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01068975
Contributeur : Abes Star <>
Soumis le : vendredi 26 septembre 2014 - 15:37:08
Dernière modification le : jeudi 29 juin 2017 - 12:12:49
Document(s) archivé(s) le : samedi 27 décembre 2014 - 11:40:24

Fichier

2011PA030079.pdf
Version validée par le jury (STAR)

Identifiants

  • HAL Id : tel-01068975, version 1

Citation

Jean-Baptiste Chenet. Mouvements populaires et Partis politiques (1986-1996) : la restructuration manquée de l’ordre politique agonisant. Science politique. Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III, 2011. Français. 〈NNT : 2011PA030079〉. 〈tel-01068975〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

575

Téléchargements du document

6569