Les paysages végétaux de la Côte des Esclaves du XVII° siècle à la veille de la colonisation : essai d'analyse historique

Résumé : Cette thèse avait pour objectif d'essayer de retracer l'histoire des relations des hommes avec leur environnement végétal avant la période coloniale (1894), relations qui aboutissent à la formation des paysages. Les sources étudiées comprennent des sources écrites européennes et des sources orales recueillies au cours de plusieurs séjours au Togo et au Bénin.
La première partie de ce travail est consacrée à la reconstitution des paysages végétaux à travers une analyse critique de ces sources qui permet de montrer les différents niveaux d'interprétation possible.
La deuxième partie concerne l'aménagement de l'espace en relation avec le milieu végétal. Les hommes dès leur arrivée ont organisé l'espace en fonction des lieux habités et exploités, des zones réservées à la chasse ou aux pratiques religieuses... Cette organisation de l'espace se remarque dans les paysages par la disposition de certaines plantes qui constituent de véritables repères dont la signification religieuse était connue de tous.
La troisième partie étudie l'exploitation des paysages végétaux, ce qui conduit à s'intéresser à l'organisation sociale et politique de la société. Le rôle de la royauté sera particulièrement examiné dans le développement de la palmeraie et l'adoption de nouvelles plantes cultivées d'origine étrangère.
Avant tout essai de restitution des paysages végétaux de cette région de l'Afrique (Sud du Togo et du Bénin), les sources historiques doivent être replacées dans le contexte historique, idéologique et économique dont dépendent la perception et les représentations transmises par les auteurs et informateurs consultés. Il est difficile à partir de ces seules sources de se faire une idée concrète des paysages avant la période coloniale. Ce sont essentiellement les relations des hommes avec leur environnement végétal qui seront analysées. Les hommes, lors de leur installation, ont organisé l'espace en fonction des lieux habités et exploités, des zones réservées à la chasse ou aux pratiques religieuses... Cette structuration de l'espace se remarque dans les paysages par la disposition de certaines plantes qui constituent de véritables repères. La place réservée à la végétation dans les terroirs de chaque communauté est révélatrice des rapports qui existaient entre les hommes et leur environnement végétal. Plantes cultivées, arbres conservés au cours des défrichements culturaux, arbres abritant des divinités ou lieux de culte à l'abri de formations végétales, toutes ces manifestations concourent à codifier l'espace, à construire les paysages. Un développement particulier sera accordé aux arbres et bois sacrés, ainsi qu'à la question de l'introduction et de la diffusion de plantes d'origine américaine. Ceci amènera à considérer la politique agricole des anciens rois du Dahomey, en relation notamment avec le commerce de l'huile de palme qui prend son essor en Europe au XIX° siècle.
Type de document :
Thèse
Histoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 1995. Français
Liste complète des métadonnées


https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00363964
Contributeur : Dominique Juhé-Beaulaton <>
Soumis le : lundi 2 mars 2009 - 20:31:57
Dernière modification le : samedi 19 novembre 2016 - 01:10:59
Document(s) archivé(s) le : mercredi 29 mars 2017 - 15:56:53

Identifiants

  • HAL Id : tel-00363964, version 2

Citation

Dominique Juhé-Beaulaton. Les paysages végétaux de la Côte des Esclaves du XVII° siècle à la veille de la colonisation : essai d'analyse historique. Histoire. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 1995. Français. <tel-00363964v2>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

382

Téléchargements du document

7831