Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Esther, figure (augustinienne) de la grâce

Résumé : Qu'Esther soit une figure de la grâce, c'est presque une évidence. La beauté de l'héroïne, son charme, sa féminité, se sont dès l'origine imposés aux spectateurs de la tragédie, comme aux peintres et plus généralement à tous les lecteurs de la Bible. Mais il importe de voir en quoi cette figure de la grâce est une figure augustinienne. Et surtout, si la chose s'avérait, quelle conséquence cela comporte pour l'interprétation de la tragédie de Racine. La pièce s'ouvre sur un prologue en vers confié à la Piété, personnage allégorique qui ornait deux ans plus tôt la médaille commémorative gravée en l'honneur de la maison de Saint-Cyr : l'hommage est transparent, à l'endroit de l'institution, comme de sa fondatrice. Mais les premiers mots de la Piété, s'ils conviennent parfaitement au lieu et aux circonstances, ne peuvent manquer de tourner l'esprit vers un autre lieu, distant de quelques kilomètres à peine-Port-Royal des Champs. (LA PIÉTÉ) Du séjour bienheureux de la divinité Je descends dans ce lieu, par la Grâce habité. (v.1 et 2)
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03109598
Contributor : Laurent Thirouin Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Sunday, February 7, 2021 - 1:49:05 PM
Last modification on : Sunday, June 26, 2022 - 1:10:54 AM
Long-term archiving on: : Saturday, May 8, 2021 - 6:04:00 PM

File

Esther figure de la grace.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03109598, version 1

Citation

Laurent Thirouin. Esther, figure (augustinienne) de la grâce. Courrier du Centre International Blaise Pascal, Université Clermont Auvergne, 2020, pp.19-38. ⟨halshs-03109598⟩

Share

Metrics

Record views

83

Files downloads

227