Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

"Les Corbeaux" d’Henry Becque : une spéculation spatiale ?

Résumé : On pense tout d’abord en ouvrant "Les Corbeaux" d'Henry Becque se retrouver dans le dispositif conventionnel du vaudeville, avec sa multitude de portes à battants, son intérieur bourgeois ostentatoire, son cercle où se pressent les parasites, où l’on court après l’argent à faire et les mariages à négocier. Et puis le premier acte fait son chemin : pas d’objet égaré, pas de quiproquos, pas d’utilisation du hors champ pour échapper à autrui, et surtout des « scènes de famille » tendres et larmoyantes entre le père Vigneron, sa femme et ses trois filles, qui ne sont pas sans rappeler les tableaux diderotiens. Becque prend soin d’instaurer pendant le premier quart de sa pièce le périmètre sacré et inviolable de la famille, dont Vigneron chasse les intrus sans ambages. Mais quand le sort frappe et qu’il meurt d’une attaque d’apoplexie, il ne reste qu’un gynécée éploré, livré aux créanciers. Alors que le propos achève de plonger le spectateur dans le pathos du drame socio-réaliste, une construction spatiale particulière prend corps. Le périmètre intime autrefois sécurisé est envahi par l’extérieur, on se réfugie dans le hors-champ, l’appartement des Vigneron n’est plus le centre autour duquel gravite tout Paris mais un maigre banc de sable cerné par une ville tentaculaire, elle-même empêtrée dans les spéculations financières et la grande crise immobilière des années 1880. Lisons bien la pièce, dans ce souci du détail cher aux naturalistes, et retrouvons l’implantation du décor, les zigzags des personnages, les aires de jeu, les topographies qui soutiennent la fiction : Paris est l’autre sujet du drame. La ville est décrite comme un tissu administratif vivant et complexe, où se dressent le Tribunal de commerce, la Chambre des notaires, la Cie du Chemin du fer, le Palais de Justice, les officines d’homme de droit, les terrains à bâtir… L’espace, tout comme les personnages secondaires qui se multiplient, devient excessif et fait sortir l’action des strictes limites du plateau pour offrir une vision panoptique du réel. Le salon bourgeois est intensément connecté au monde urbain et à son histoire contemporaine à tel point que l’extérieur, à force de pressions répétées sur les quatre murs de la cellule familiale, finit par absorber le microcosme féminin en le rendant poreux jusqu’à l’effacement.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03083633
Contributor : Céline Hersant <>
Submitted on : Saturday, December 19, 2020 - 2:16:04 PM
Last modification on : Monday, December 21, 2020 - 3:23:52 AM

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03083633, version 1

Collections

Citation

Céline Hersant. "Les Corbeaux" d’Henry Becque : une spéculation spatiale ?. Marianne Bouchardon. Henry Becque, prince de l’amertume. Actes de la journée d’étude organisée à l’Université de Rouen en mai 2019, Publications numériques du CÉRÉdI, http://publis-shs.univ-rouen.fr/ceredi/index.php?id=1101, 2020, Henry Becque, prince de l’amertume. ⟨halshs-03083633⟩

Share

Metrics

Record views

13