Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Vivre ensemble : solidarités et conflits dans des « configurations de maisons » populaires bushinenguées

Résumé : Les modes d’habiter polytopiques ne relèvent pas seulement d’une mobilité d’élite, mais aussi de classes populaires. Ainsi certains n’habitent pas une seule maison, mais plusieurs, liées par des relations de parenté actives. Ma démonstration s’appuiera sur le concept de « configuration de maisons » forgé par Louis Marcelin au Brésil, pour analyser des échanges de services entre maisons. J’ai mené une ethnographie en langue bushinenguée, en Guyane à la frontière avec le Suriname : les personnes « vivent ensemble », dans plusieurs maisons situées de part et d’autre du fleuve Maroni. Je cartographie ces configurations de maisons et les mobilités de mes interlocuteurs entre elles, à différentes échelles. Je prolonge également la réflexion autour des configurations de maisons, en montrant que ces relations de solidarité ne sont pas toujours harmonieuses : traversées de conflits, les configurations résidentielles sont plastiques et dynamiques. Ces modes d’habiter se développent en fonction des régulations étatiques.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03052665
Contributor : Clémence Léobal <>
Submitted on : Thursday, December 10, 2020 - 4:55:26 PM
Last modification on : Wednesday, January 6, 2021 - 3:40:26 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-03052665, version 1

Citation

Clémence Léobal. Vivre ensemble : solidarités et conflits dans des « configurations de maisons » populaires bushinenguées. Géo-Regards : Revue Neuchâteloise de Géographie, Alphil, 2019. ⟨halshs-03052665⟩

Share

Metrics

Record views

17