Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Le singe déchu ? Le motif simiesque dans l’art byzantin

Résumé : Les représentations du singe dans l’art paléochrétien et byzantin sont peu nombreuses. Si le motif simiesque est très apprécié dans l’Antiquité en raison de sa place dans la société païenne, il devient plus rare dans l’imagerie chrétienne. Les primates, connotés négativement car associés au péché dans les textes patristiques et les traités scientifiques, sont très vite relégués à un statut purement décoratif. L’image du singe, récurrente depuis la haute Antiquité, dans les civilisations égyptienne, orientale et gréco-romaine, disparaît quasi totalement de l’imagerie chrétienne. Dans le monde médiéval occidental, durant le haut Moyen Âge, les raisons de l’éclipse du motif simiesque de l’iconographie sont difficiles à définir. Cette situation résulte peut-être du nombre important d’œuvres disparues ou de la pensée religieuse de cette époque, qui évite les figures assimilées au mal et au péché. Ce motif retrouve cependant une place significative et symbolique dans l’art roman avec les chapiteaux illustrant la symbolique chrétienne de l’homme déchu, avant d’envahir les marges à drôleries des manuscrits gothiques et les tapisseries de la fin du Moyen Âge. Dans le monde byzantin, en particulier durant la période paléochrétienne (ive-viie siècle), les motifs animaliers, inspirés des modèles gréco-romains, sont abondamment reproduits. Ils figurent dans les mosaïques de pavement, où les représentations des personnages sacrés étaient interdites pour éviter qu’elles ne fussent foulées par les fidèles, ainsi que dans les bordures des mosaïques murales…
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02989593
Contributor : Delphine Thierry-Mieg <>
Submitted on : Thursday, November 5, 2020 - 11:17:51 AM
Last modification on : Saturday, November 7, 2020 - 3:15:49 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02989593, version 1

Citation

Élisabeth Yota. Le singe déchu ? Le motif simiesque dans l’art byzantin. Revue de la Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque nationale de France, 2020, Singerie À la frontière de l’humain, sous la direction de Thierry Laugée et de Corinne Le Bitouzé, pp.47-55. ⟨halshs-02989593⟩

Share

Metrics

Record views

26