Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les ostraca sont-ils solubles dans l'histoire ?

Abstract : Article bilan sur l'apport historique des ostraca du désert Oriental et les difficultés que pose l'exploitation de ce type de sources, qui en disent trop et pas assez. Ces difficultés viennent à la fois de la nature des ostraca (tableau des genres documentaires représentés et de leur fréquence) et de leur état de conservation. Différences entre les corpus romains et ptolémaïques du désert : surabondantes dans les praesidia romains, les lettres privées sont pratiquement absentes des stathmoi ptolémaïques (ce que je mets volontiers en relation avec la présence ou non de femmes dans les garnisons) ; les inscriptions sur amphores romaines sont presque toujours au nom de leur propriétaire, alors que les anthroponymes sont rarissimes sur les amphores ptolémaïques, qui sont aussi beaucoup plus grandes, minces détails révélateurs d'une organisation différente du ravitaillement. Deux inédits sont publiés à titre de case studies : un billet de Xèron appartenant à une série abondamment représentée sur la route de Bérénice mais impossible à interpréter en raison de son caractère trop elliptique ; un brouillon de pétition du Mons Claudianus, dans lequel deux requérants, apparemment citoyens d'Antinoou polis, demandent au centurion en charge du metallon d'écrire au nomarque de les faire bénéficier du σιτηρέσιον antinoïte. Sont-ils des condamnés ou seulement des ouvriers ? Les requérants (dont l'un est peut-être une femme) n'indiquent pas de patronyme, mais seulement des métronymes (d'où la proposition de ma collègue Andrea Jördens qu'il pourrait s'agir d'esclaves). L'un de ces métronymes, Mantinoè, propre à l'Égypte, n'a jamais été commenté. En l'étudiant, je me suis aperçue que c'est un mixte entre le toponyme Mantinée, cité d'Arcadie, et Antinoè, nom de deux figures mythologiques liées à cette ville dont Bithynion, patrie d'Antinoos, se prétendait colonie. Constatant que l'anthroponyme Antinoos n'est nullement épichorique de Bithynion (le seul Antinoos connu à Bithynion est le favori d'Hadrien), je formule l'hypothèse qu'Hadrien a renommé son favori du vivant de celui-ci pour satisfaire ses fantasmes arcadiens. La troisième étude de cas porte sur une lettre privée de Krokodilô (O.Krok. II 293) : comment une étude serrée du vocabulaire et le rapprochement avec la littérature contemporaine (Dialogue des courtisanes, Vita Aesopi, épigramme satyrique) permet d'entrer dans la psychologie et les mœurs du monde interlope des vivandiers et de faire quelque chose qui ressemble à de la micro-histoire.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [24 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02975618
Contributor : Hélène Cuvigny <>
Submitted on : Monday, October 26, 2020 - 9:47:57 PM
Last modification on : Friday, October 30, 2020 - 7:03:24 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2021-10-22

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02975618, version 1

Collections

Citation

Hélène Cuvigny. Les ostraca sont-ils solubles dans l'histoire ?. Chiron, Walter de Gruyter, 2018, pp.193-217. ⟨halshs-02975618⟩

Share

Metrics

Record views

33