Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

La fabrique des docteurs et leurs insertions professionnelles : une comparaison des évolutions en France et au Japon

Résumé : Les docteurs (PhDs) étaient, dans tous les pays industriels, jusqu’à peu formés pour constituer les élites universitaires et de la recherche académique. Leurs carrières dépendaient essentiellement du marché du travail académique. Au-delà de cette convergence, les institutions d’enseignement supérieur et de recherche (ESR) des différents pays ont « marqué » différemment cette catégorie de diplômés ; ainsi les règles établies, les normes acceptées, la valeur symbolique accordée à certains savoirs plutôt qu’à d’autres, les pratiques d’organisation, de sélection et de formation des étudiants, de recrutement des enseignants et des chercheurs ont construit au fil du temps et d’évolutions diverses, des logiques, des pérennités propres à chaque système d’ESR national. Dans ce text, l’ensemble des caractéristiques structurelles stables liées à la production sociale de docteurs est identifié sous le terme de « socle sociétal ». Cette notion rejoint en partie celle de « dépendance de sentier » (« path dependancy ») proposée par les néo-institutionnalistes. Elle est un outil permettant à partir d’une base pérenne de comparer les modes de fonctionnement de différents systèmes appréhendés en dynamique et ainsi de s’interroger à la fois, sur ce qu’ils ont eu en commun, ce qui les a fait diverger à long terme et sur leurs évolutions respectives récentes. La fabrique des PhDs (the PhDs factory) est devenue un enjeu économique et social très discuté et les réflexions, les réformes et les tensions autour de cette catégorie de diplômés se sont accélérés. En effet, les économistes ont lié la compétitivité d’une nation à la capacité qu’ont ses entreprises à innover sur les marchés, cette qualité étant induite par les relations que les firmes entretiennent avec les organisations de formation supérieure et de recherche. Les théoriciens de la triple hélice ont ainsi décrit cette dynamique productive créée par les interactions entre les universités, les entreprises et les pouvoirs publics. Les docteurs considérés comme une production interne à l’Université, ont été alors vus comme des acteurs primordiaux de ces relations Science-Industrie et de l’innovation. Globalement ces analyses ont contribué à modifier à la fois le discours des gouvernements qui a diffusé une représentation d’un avenir prometteur pour cette catégorie et leurs stratégies de réformes du cursus doctoral. La conséquence de ces politiques a été une augmentation du nombre de doctorants et de docteurs corrélative de la hausse du chômage des titulaires d’un doctorat sans emploi à partir du milieu des années 2000 dans l’ensemble des pays industrialisés. Ce texte vise à montrer les différentes manières de produire des docteurs, en comparant les deux pays, la France et le Japon, qui ont connu la trajectoire économique semblable -trente glorieuses- sur une base de fondation socio-culturelle fondamentalement opposée.
Complete list of metadata

Cited literature [34 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02925846
Contributor : Hiroatsu Nohara <>
Submitted on : Monday, August 31, 2020 - 8:28:59 AM
Last modification on : Tuesday, March 30, 2021 - 3:48:50 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 1, 2020 - 12:07:12 PM

File

la fabrique des docteurs 2020....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02925846, version 1

Collections

Citation

Caroline Lanciano-Morandat, Hiroatsu Nohara. La fabrique des docteurs et leurs insertions professionnelles : une comparaison des évolutions en France et au Japon. La recherche en réforme : les politiques de recherche entre état, marché et professions, Editions des Archives contemporaines, p 161-187, 2014, 9782813001559. ⟨halshs-02925846⟩

Share

Metrics

Record views

15

Files downloads

32