A. Budé, A sa mort, en 1535 à Rome, le neveu du pape Léon X, Nicola Ridolfi, acheta ses livres grecs, qui passèrent ensuite à Pietro Strozzi, quand les héritiers de Ridolfi vendirent ses biens. En 1558, Strozzi meurt lors du siège de Thionville, et Catherine de Medici récupère sa bibliothèque. Après la mort de la reine mère, en 1594, ses livres intègrent la Bibliothèque du roi -et avec eux, le manuscrit grec qui porte aujourd, il avait participé à l'aménagement de la bibliothèque du roi Louis XII à Blois, puis pour François Ier à Fontainebleau

J. , A avait été copié, alors qu'il était encore entier, au XII e siècle, et que cette copie est le ms. T de Venise -qui est consultable en ligne 12 . Toutefois, ce ms. T, consacré presque entier aux OEuvres de Platon, est en plusieurs parties dont seule la 1 re est ancienne. C'est la 3 e partie qui contient notre Timée

M. Schanz, Ueber den Platocodex der Markusbibliotek in Venedig Append. Class. 4 Nr. 1, den Archetypus der zweiten Handschriftenfamilie : mit einer vollständigen Collation seiner Scholien, Tauchnitz, 1877. Consultable en ligne ou téléchargeable sur le site de la Bayerische Staatsbibliothek (BSB)

. Mais, On ne voit pas de tiretmarquant le début des répliques, mais on trouve bien des « : » dans les lignes et, de part et d'autre de la colonne, les indications des personnages, abrégées. A droite de la colonne en haut, on trouve d'abord ? / ? désignant Socrate, puis ? / ?? désignant Timée. Et plus loin après une assez longue réplique de Socrate, sur la 2e colonne pour ceux qui auront envie d'aller voir on trouve d'abord mention ?? pour Hermocrate, puis ??? pour Critias. La disposition est peut-être moins pratique qu'avec les paragraphos, la solution adoptée est différente, et intéressante pour nous

, Mon idée est d'utiliser des exemples bien étudiés par des collègues plus savants, afin de faire ressortir ce à quoi ils ne s'intéressent que rarement

, Quand nous avons des descriptions (comme pour la célèbre histoire de l'Ilissos dans le Phèdre, ou d'ailleurs pour la disposition compliquée des malheureux enchaînés du mythe de la Caverne dans la République), c'est toujours parce que quelqu'un, à voix haute, nous fait cette description. Et j'ai longuement souligné que cette situation était

, Au théâtre, on avait des décors, les jeux de scènes, tout est beaucoup plus figuratif et plastique. Ici, rien de tout cela. C'est à la fois un monde complètement « de la parole

, Il est donc d'un grand intérêt d'observer les détails techniques, pour voir « comment c'est fabriqué

, On pourrait le faire aussi en comparant avec la façon dans les historiens ou les romanciers, grecs anciens ou autres, ont trouvé le moyen de faire comprendre qui dit quoi, quand ils « font parler » quelqu'un, et quand telle réplique ou discours commence ou s'arrête. Et comment faire comprendre que deux personnages parlent en même temps, 2019.