Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

L'écriture éditoriale à la Renaissance. Pour une herméneutique de l'imprimé

Résumé : Que signifie « lire un livre », et non pas seulement « lire un texte », et quels sont les signes, visibles et invisibles, verbaux et non-verbaux, qui interviennent dans la construction du sens ? Si le livre, loin d'être une enveloppe contingente chargée de transmettre un texte achevé et invariant en constitue, au-delà de ce que le verbe exprime, un lieu de réalisation, l'avènement provisoire — bien qu'accompli — d'une œuvre destinée à se poursuivre au cours de ses incarnations successives, la matérialité de l'objet-livre conserve l'empreinte d'une intention éditoriale porteuse d'effets de sens. Suivant cette perspective, les pratiques éditoriales participent de l'identité de l'œuvre littéraire, — l'imprimeur partageant avec l'auteur la paternité de l'œuvre -, et en infléchissent la réception, — l'imprimeur accompagnant le lecteur dans son interprétation du texte, tout en en devançant les attentes. Peut-on dès lors considérer que l'acte de publication relève d'une « écriture éditoriale », née de la rencontre d'une formulation typographique, du discours paratextuel des instances éditoriales et des autres modalités d'expression de l'appareil editorial ? Ne peut-on pas y voir, au- delà de la seule affirmation d'un acte d'appropriation du texte, une des sources de sa littérarité ?
Document type :
Journal articles
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02882788
Contributor : Anne Réach-Ngô <>
Submitted on : Saturday, June 27, 2020 - 4:38:46 PM
Last modification on : Sunday, July 5, 2020 - 3:14:20 AM

Identifiers

Collections

Citation

Anne Réach-Ngô. L'écriture éditoriale à la Renaissance. Pour une herméneutique de l'imprimé. Communication & langages, Nec Plus, 2007, L'énonciation éditoriale en question, pp.49-65. ⟨10.3406/colan.2007.4690⟩. ⟨halshs-02882788⟩

Share

Metrics

Record views

36