Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La Maison impériale japonaise et le principe de séparation de l’État et de la religion

Abstract : Après la suppression du shintô d’État dans la foulée de la défaite de 1945, la Constitution du Japon (1946) fournit le nouveau cadre juridique garantissant la liberté de religion en proclamant la séparation de l’État et de la religion. Cette évolution soulève d’importantes interrogations concernant la Maison impériale. Tout d’abord, du fait des liens étroits entre le shintô et la monarchie japonaise, la question se pose de savoir dans quelle mesure la liberté de croyance doit être reconnue à l’empereur et aux autres membres de la famille impériale en tant qu’individus. La seconde concerne l’interprétation par les gouvernements conservateurs du principe de neutralité religieuse de l’État, dans le contexte des cérémonies d’accession au trône suivant l’« abdication » de l’empereur Akihito.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02612840
Contributor : Eric Seizelet <>
Submitted on : Tuesday, May 19, 2020 - 4:20:27 PM
Last modification on : Monday, June 29, 2020 - 10:58:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02612840, version 1

Citation

Eric Seizelet. La Maison impériale japonaise et le principe de séparation de l’État et de la religion. Revue du droit des religions, Presses universitaires de Strasbourg, 2020, 9, pp.159-171. ⟨halshs-02612840⟩

Share

Metrics

Record views

33