Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Pourquoi ne peut-on pas se passer de l’agent passif dans une vraie conversation ?

Abstract : Dans la littérature sur le passif, le complément d’agent est très souvent décrit, à tort selon nous, comme un segment supprimable et optionnel. Ce type d’hypothèse semble globalement faire l’objet d’un consensus chez les linguistes et les grammairiens et passe pour la fonction discursive par excellence de ce tour et certains y voient d’ailleurs un trait universel. Pour notre gouverne, nous pensons que l’illusion que le complément d’agent est facultatif vient surtout de la nature de l’exemplification utilisée dans la tradition grammaticale (phrases forgées, simplifiées ou écrites décontextualisées). Pour argumenter notre propos, nous nous appuierons justement sur certains phénomènes dialogiques observables dans tout échange oral in situ, ici, à partir des entretiens orléanais, les ESLO, pour démontrer que toute tentative de suppression du CAg dans une vraie conversation aboutit inexorablement à une impasse ou compromet l’échange, en générant des quiproquos.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

Cited literature [24 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02566164
Contributor : Badreddine Hamma <>
Submitted on : Wednesday, May 6, 2020 - 7:52:02 PM
Last modification on : Saturday, May 16, 2020 - 12:22:20 PM

File

VD Tunis Complément d'agent 2...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02566164, version 1

Collections

Citation

Badreddine Hamma. Pourquoi ne peut-on pas se passer de l’agent passif dans une vraie conversation ?. Jamil Chaker, Lassâad Oueslati et Layla Hosni. Le dialogue et la conversation à la croisée des approches, Latrach Edition, 2020. ⟨halshs-02566164⟩

Share

Metrics

Record views

46

Files downloads

19