Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Les terrains de jeu comme terrain de recherche

Abstract : L’amalgame entre « terrain de recherche » et « terrain de jeu » continue de stigmatiser tout travail sur le jeu, bien plus que tout jeu sur le travail. D’ailleurs, dans son ouvrage Homo Ludens, Huizinga fait un trait d’esprit face à la difficulté à définir le jeu : il montre que la recherche scientifique est elle aussi une activité ludique régie par des règles et des normes. Malgré les réticences, il est nécessaire d’explorer les relations entre terrain de recherche et terrain de jeu. Les jeux vidéo redoublent ce problème: ils sont un terrain que l’on qualifie aisément de « virtuel ». La tentation est donc grande, pour légitimer toute réflexion sur les jeux vidéo, de montrer qu’ils sont « plus sérieux » et « plus réels » qu’il n’y parait. Mais cela conduit à passer à côté de la spécificité des jeux vidéo, en les considérant comme des supports pédagogiques ou des outils cartographiques. Bref, pour prendre les jeux au sérieux, il faut commencer par les aborder en tant que tels. Pour cela, il est nécessaire d’évacuer toutes les questions qui font écran, comme celles de légitimité, de violence ou d’addiction. Puis il faut explorer le terrain sans a priori, c’est-à-dire entrer dans le jeu.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02487912
Contributor : Samuel Rufat <>
Submitted on : Friday, February 21, 2020 - 11:02:53 PM
Last modification on : Wednesday, September 23, 2020 - 11:34:01 AM

Links full text

Identifiers

Collections

Citation

Samuel Rufat, Hovig Ter Minassian. Les terrains de jeu comme terrain de recherche. Carnets de géographes, UMR 245 - CESSMA, 2011, 2011 (2), ⟨10.4000/cdg.2766⟩. ⟨halshs-02487912⟩

Share

Metrics

Record views

47