Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

« L’authenticité de Métaphysique ‘Alpha’ (meizon ou elatton) d’Aristote, un faux problème ? Une confirmation codicologique »

Résumé : L'authenticité de Métaphysique « Alpha » (meizon ou elatton) d'Aristote, un faux problème ? Une confirmation codicologique. 1 Les réflexions qui suivent ont été suscitées à la fois par mon examen du manuscrit E d'Aristote, le Parisinus graecus 1853, et par les hypothèses déjà formulées à propos de l'histoire de la transmission, tant de Métaphysique Petit Alpha d'Aristote, que de l'opuscule de Théophraste qui a reçu, lui aussi, le titre de Métaphysique. Il existe en effet des indices, souvent ténus, qui ont été diversement interprétés selon ce qui se présente aujourd'hui comme un véritable enchevêtrement de mises en relation possibles. 2 Dans cette étude, je me propose d'articuler de façon cohérente celles des hypothèses qui ont été confirmées par mes travaux, afin de reconstruire une partie de l'histoire de la transmission de ces textes. J'apporte notamment une information nouvelle qui devrait permettre d'épargner un peu de temps et de peine aux philologues et philosophes, puisqu'elle ôte son principal support à la discussion sur l'authenticité de Petit Alpha, déjà grosse de dix siècles d'activité critique. Commençons par rappeler quelques caractéristiques du Parisinus graecus 1853. Dans une publication consacrée à ce manuscrit, 3 j'ai montré que la partie copiée au Xe siècle est due à trois mains seulement. 4 Les deux volumes qui constituaient initialement ce codex ont été copiés respectivement par les scribes E I et E III, et complétés l'un et l'autre par E II 5 : dans le premier volume, ce scribe particulièrement actif a ajouté au De anima le texte de la vulgate pour le livre II, 6 et dans le second volume, il a poursuivi la copie de E III. 7 Il a également ajouté, dans une écriture plus cursive et plus inclinée à droite, quelques scholies dans les marges des textes écrits par E I et E III, 8 et notamment la fameuse scholie qui, en regard de la fin de Métaphysique Grand Alpha et du début de Métaphysique Petit Alpha, rapporte une discussion sur l'authenticité de « ce » livre (to †toý tØýŁŁŁ biblºon), peut-être dû à Pasiclès de Rhodes. Dans cet article, je reviens sur la question du livre auquel était liée cette scholie et sur l'origine de celle-ci. En effet, toutes les discussions qui ont été développées sur l'authenticité de Petit Alpha depuis le Moyen Age reposent en dernier lieu sur son témoignage. Or, l'ambiguïté de ce témoignage n'avait pas été vraiment prise en considération. Pour reprendre le problème à la base, j'examine également une autre scholie du manuscrit E au texte dit de la « Métaphysique » de Théophraste, selon un raisonnement initié par Silvio Bernardinello 9 et Enrico Berti 10 : la conclusion qu'ils tiraient de cette comparaison et que
Complete list of metadatas

Cited literature [68 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02484148
Contributor : Myriam Hecquet <>
Submitted on : Tuesday, May 19, 2020 - 8:33:58 PM
Last modification on : Friday, December 11, 2020 - 3:06:06 PM

File

AuthMétAlpha Phronesis.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02484148, version 1

Collections

Citation

Myriam Hecquet. « L’authenticité de Métaphysique ‘Alpha’ (meizon ou elatton) d’Aristote, un faux problème ? Une confirmation codicologique ». Phronesis - A Journal for Ancient Philosophy, Brill Academic Publishers, 2005. ⟨halshs-02484148⟩

Share

Metrics

Record views

30

Files downloads

62