Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

1989-2019 : La démocratie paraguayenne trente ans après Stroessner

Résumé : Trente ans après la fin de la dictature du général Stroessner (1954-1989), l'Association nationale républicaine (ANR)-Parti colorado, qui lui a été historiquement liée, est toujours à la direction des affaires au Paraguay. Elu président en 2018, Mario Abdo Benítez n'est autre que le fils de l'ancien secrétaire privé d'Alfredo Stroessner. S'il affirme avoir pris ses distances avec le dictateur mort en exil en 2006, il convoque dans le même temps des liens symboliques avec son régime, le Stronato. Par exemple, lors des cérémonies de son investiture, il a défilé en Chevrolet Caprice décapotable dans les rues d'Asuncion, à l'instar de Stroessner. Epiphénomène ou symptôme de ce que d'aucuns ont dénommé un « stroessnisme globalisé » 1 , ce parallèle historique entre la marque de gabegie d'un régime « néosultaniste » 2 et l'apparat du pouvoir d'une « démocratie vulnérable » 3 n'en interroge pas moins la réalité de la transition paraguayenne. En février 1989, le coup d'Etat qui a mis fin à la plus longue dictature d'Amérique du Sud s'est produit dans une conjoncture spécifique de fin de guerre froide 4. A la différence des Etats voisins, le Paraguay a vécu sous un régime autoritaire et militaire continu depuis la fin des années 1930. Après la guerre civile de 1947, le Parti colorado s'est imposé comme parti hégémonique ou « hyper-dominant » 5. Régime personnel, le Stronato reposait sur trois piliers imbriqués : l'administration, l'armée et le Parti colorado, ce dernier encartant organiquement les fonctionnaires et les militaires, ainsi qu'une bonne partie de la société. L'inertie culturelle, sociale et politique qui a marqué la transition paraguayenne prend ainsi racine dans un demi-siècle de régime autoritaire et d'encadrement social, dans la neutralisation durable des oppositions, mais aussi dans une culture introvertie que l'isolement géographique d'un pays sans accès maritime a exacerbée. « Ici il ne manquait que moi ». Cette phrase, attribuée-probablement à tort-au général Stroessner, circulait à Asuncion lors des commémorations de sa chute en février 1990. L'essentiel de son entourage était présent dans les tribunes officielles. Et pour cause, la chute du général n'a pas mis fin immédiatement au régime qu'il avait édifié : l'armée et le Parti colorado ont conservé les rênes du pouvoir jusqu'en 1993. Les oppositions politiques neutralisées depuis les années 1940 ont mis du temps à se réorganiser, de même que la société civile. La fin de la dictature a ainsi donné lieu à une transition menée « au garde-à-vous et sans alternance » 6. 1 F. Friggeri, « Paraguay después del golpe : el precio de ponerse colorado »,
Complete list of metadatas

Cited literature [9 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02462551
Contributor : Luc Capdevila <>
Submitted on : Friday, January 31, 2020 - 1:52:16 PM
Last modification on : Wednesday, February 12, 2020 - 1:45:46 AM
Long-term archiving on: : Friday, May 1, 2020 - 3:05:58 PM

File

pdf français final.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02462551, version 1

Citation

Luc Capdevila, Damien Larrouqué. 1989-2019 : La démocratie paraguayenne trente ans après Stroessner. Amérique latine, l’année politique 2019., 245-246, Les Etudes du CERI, 2020. ⟨halshs-02462551⟩

Share

Metrics

Record views

43

Files downloads

30