Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Poser la main sur soi dans le portrait peint de la Renaissance italienne

Abstract : Apparaissant vers 1482 sous le pinceau de Botticelli, la main qui se pose sur la poitrine a la polysémie d’un geste probablement usuel, qui illustre bien la variété de ce langage lorsqu’on tient compte de l’ensemble du corps : acte d’auto-désignation pour les hommes comme pour les femmes, il permet aux épouses de préciser leur statut, ou bien, il peut manifester l’émotion. La main glissée dans le vêtement deviendra au XVIIe siècle un témoignage de savoir-vivre masculin, qui ira jusqu'à conditionner le boutonnage de la veste . Enfin, il est parfois un appel de séduction – plutôt masculin.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02455799
Contributor : Catherine Vermorel <>
Submitted on : Sunday, January 26, 2020 - 7:37:16 PM
Last modification on : Thursday, July 30, 2020 - 3:01:22 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02455799, version 1

Collections

Citation

Catherine Vermorel. Poser la main sur soi dans le portrait peint de la Renaissance italienne. Christine Noille; Christiane Louette. Expériences rhétoriques. Mélanges offerts au professeur Francis Goyet, Classiques Garnier, A paraître. ⟨halshs-02455799⟩

Share

Metrics

Record views

36