Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

Vote et handicap : sur un même territoire, des citoyens nécessairement disharmonieux

Résumé : Vote et handicap : oui, mais quelle est la question ? Nous sommes tous prisonniers d'une conception figée de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas, nous fixons sur l'important des regards anxieux, pendant qu'en cachette, dans notre dos, l'insignifiant mène sa guérilla qui finira par changer subrepticement le monde et va nous sauter dessus par surprise. Milan Kundera (Le livre du rire et de l'oubli, trad. François Kérel, p.297, Folio n°1831) Considérer que la politique est un luxe dont seulement certains de nos concitoyens choisiraient de se soucier-ceux qui ont le temps et l'éducation nécessaires pour naviguer dans ses complexités-reflète sans doute l'une des aspirations les plus aberrantes de nos temps modernes. L'homme peut-il vraiment se passer de s'assumer pleinement comme individu vivant parmi ses pairs ? En effet, qu'est-ce qu'agir en tant que citoyen, qu'est-ce qu'agir politiquement, si ce n'est choisir et consolider les liens et les règles qui vont nous permettre à chaque instant d'habiter dans le monde durant toute notre vie avec les autres êtres humains qui nous entourent ? D'édicter véritablement les intimités qui mériteraient à notre sens d'être promues dans le champ public, c'est-à-dire exposées désormais au regard délibératif de tous ? Cet acte peut-il vraiment se résoudre dans le simple fait de choisir, fût-ce démocratiquement, nos procurateurs ? L'acte du vote, naguère empreint d'une signification des plus existentielles, semble s'inscrire dans cette lignée malheureuse. En effet, pour qui regarde quelque peu attentivement ces dernières décennies, ce geste semble bien s'être vidé de son sens le plus fondamental : si l'acte du vote, c'est bel et bien l'acte par excellence qui représentait la dimension politique, ce geste semble avoir perdu l'esprit porteur qu'il véhiculait auparavant, à l'image de ces déplacements subreptices de l'insignifiant dont nous parle Milan Kundera. Le geste de voter n'aurait-il pas maintenant le tort de canaliser toutes nos attentions d'hommes contemporains, et ce au détriment d'enjeux plus cruciaux de notre vivre-ensemble-même moins apparents il est vrai-, dont nous nous détournons à notre insu ? Toujours est-il que notre façon de voter est un témoin implacablement symptomatique de la façon dont nos sociétés conçoivent désormais le champ politique, de la valeur que l'on confère à ce terme de nos jours. L'exemple du vote en France pour les élections présidentielles de 2017, objet d'une étude que Handéo a menée par rapport aux personnes handicapées dans le même temps-en la faisant suivre des préconisations qui prenaient le contre-pied de certains obstacles rencontrés-n'est pas sans révéler cette criante évidence, fût-elle une évidence qui ne se décline qu'à bas bruit. Quel meilleur marqueur en effet pour évaluer la qualité d'une société que l'observation de sa manière de traiter les franges les plus dépendantes de sa population, parmi lesquelles on trouve entre autres les personnes porteuses d'un handicap ? Ma modeste expérience de personne handicapée moteur me rappelle que l'action de voter ne se réduit pas au seul fait d'apparaître dans le bureau de vote et d'y glisser dans l'urne, tant bien que mal, le résultat de sa propre délibération. C'est au contraire tout ce qui peut
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02451459
Contributor : Anne-Lyse Chabert <>
Submitted on : Friday, September 18, 2020 - 4:28:14 PM
Last modification on : Tuesday, September 22, 2020 - 1:10:43 PM

File

Tribune version longue handéo...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02451459, version 1

Citation

Anne-Lyse Chabert. Vote et handicap : sur un même territoire, des citoyens nécessairement disharmonieux. 2018, pp.18. ⟨halshs-02451459⟩

Share

Metrics

Record views

23

Files downloads

8