, Avant, la fraternité appartenait à la juridiction de vieux calendaristes grecs, mais sur la recommandation de Diodore, le patriarche de Jérusalem, ils ont demandé à rejoindre le diocèse de France et d'Europe occidentale de l'Église orthodoxe serbe

. Voir-le-petit-article-«-les-orthodoxes-de-saint-geny, Créée dans les années 1930, cette dernière a notamment fait partie du patriarcat de Roumanie de 1972 à 1993, quand, à la suite de la déposition de son évêque, l'évêque Germain de Saint-Denis, l'ECOF devient une entité séparée. Cela a provoqué la séparation de plusieurs paroisses qui, perdant dans une procédure juridique le droit d'hériter du titre et de la succession de l'ECOF, deviennent indépendantes sous le nom d'UACORO. C'est dans ces conditions que les membres du groupe, « au moyen d'adhésions individuelles de paroisses, fidèles et prêtres, et non comme une entité spécifique » comme le stipule la lettre du saint-synode de l'Église serbe 1, 2006.

, Starets Tadeï) ainsi que des livres historiques (Le monastère Saint-Michel de Prévlaka par Ljubomir Mihailovi?, L'Église serbe à travers l'histoire par Radomir Popovi?), Place dans les médias et publications Le diocèse publie principalement des livres catéchétiques (Rien n'est plus beau que la foi chrétienne, par M gr Danilo Krsti? et M gr

, Voir « Lettre du saint-synode de l'Église orthodoxe serbe concernant les conditions de réception des membres de l'UACORO dans l'Église orthodoxe, 2005.

L. , UACORO au sein de l'Église orthodoxe serbe date de début 2006 avec la dissolution concomitante de l'UACORO qui n'avait alors plus de raison d'être