Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Usages des catégories de l'altérité: quelle imbrication des dimensions nationale, micro-locale et ethno-raciale chez des descendants d'immigrés dans des quartiers de Paris et Berlin ?

Abstract : Cette contribution s’intéresse à la mobilisation et à l’imbrication de marqueurs en lien avec le quartier de résidence et les catégories nationales et ethno-raciales chez des descendants d’immigrés en France et Allemagne. La comparaison de ces deux pays aux histoires et aux traditions différentes d’immigration, de construction de la citoyenneté, d’intégration et de désignation des minorités (Brubaker 1998, 2001 ; Kastoryano 2002) est particulièrement intéressante : elle permet de dégager le rôle joué par le « régime de citoyenneté » et par les catégories institutionnelles dans la manière dont les acteurs vivant dans des quartiers stigmatisés se désignent et désignent les autres. La dimension du quartier permet de nuancer la conception monolithique du modèle national et de son effet. Nous mobilisons l’approche théorique multi-niveaux de Wimmer (2008 ; 2013) sur la construction de frontières ethno-raciales et de Lamont (2013) sur l’influence des répertoires culturels dans les réactions à la stigmatisation. Au total, 140 entretiens ont été menés avec des descendants d’immigrés dans quatre quartiers concentrant des difficultés sociales à Paris et Berlin. Les entretiens ont permis de retracer leurs parcours scolaire et professionnel tout en thématisant leur lien au quartier. 40 entretiens ont été également menés avec des experts dans chaque quartier. Dans le contexte français color blind, le déni de la question ethno-raciale et la perpétuation de discriminations en lien avec l’origine, participent à faire émerger dans les récits des descendants d’immigrés des marqueurs d’altérité ethno-raciaux. Les marqueurs présents en France dans les discours des jeunes renvoient souvent à la couleur de peau, au (pré)nom. Ceci n’est pas le cas en Allemagne où la nationalité (la démarcation Allemand/étranger) a été et reste encore un marqueur puissant et clair de frontière (Alba 2005), repris par les enquêté.e.s. Nous constatons une forte imbrication des catégories ethno-raciales aux catégories liées au quartier de résidence en France. Notre analyse des expériences d’altérité et de discriminations montre que, chez certain.e.s en France, ces catégories peuvent être pratiquement interchangeables. Ici, la situation sociale du quartier et les stigmates qui lui sont rattachés contribuent à la racialisation des jeunes qui y résident. Même s’ils déplorent dans les deux pays la stigmatisation du quartier, celui-ci est moins présent comme marqueur identitaire dans les discours des jeunes adultes en Allemagne. L’identification à la ville de Berlin passe avant l’identification au quartier, ce qui permet aussi de dépasser le stigmate du quartier immigré socialement défavorisé. En Allemagne, les personnes enquêtées font référence au fait qu’elles sont vues comme « étrangères » et se désignent elles-mêmes comme étrangères. Dans notre contribution, nous développerons ces différents points en nous appuyant sur notre matériau empirique et sur les travaux actuels dans chaque pays.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02411681
Contributor : Ingrid Tucci <>
Submitted on : Sunday, December 15, 2019 - 10:10:11 AM
Last modification on : Monday, January 20, 2020 - 4:35:39 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02411681, version 1

Collections

Citation

Ingrid Tucci, Carsten Keller. Usages des catégories de l'altérité: quelle imbrication des dimensions nationale, micro-locale et ethno-raciale chez des descendants d'immigrés dans des quartiers de Paris et Berlin ?. 8ème congrès de l'Association Française de Sociologie, AFS; LEST, Dec 2019, Aix en Provence, France. ⟨halshs-02411681⟩

Share

Metrics

Record views

47

Files downloads

20