Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

La(es) valeur(s) de la biodiversité à travers le prisme des quotas de pêche

Résumé : « La(es) valeur(s) de la biodiversité à travers le prisme des quotas de pêche », in BOUTONNET (M.), TRUILHE-MARENGO (E.) (Dirs.), « Affirmer que quelque chose existe, ce n'est pas seulement affirmer l'être auquel cette chose se rattache, c'est-à-dire une nécessité dont elle dépend et qui lui permet de s'offrir à nos sens, c'est encore et d'abord affirmer que quelque chose doit-être, c'est-à dire a une valeur » 1 Engager une réflexion sur la ou les valeur(s) de la biodiversité marine à travers le prisme d'un des instruments de régulation des pêches-le quota de pêche-nécessite, au préalable, de s'interroger sur la notion même de « valeur ». Du latin valor, la notion de valeur est utilisée dans de nombreux domaines-en économie, en philosophie, en mathématiques notamment-sans qu'elle ne recouvre le même sens dans chacune de ces disciplines. Polysémique, la notion de « valeur » est aussi bien souvent accompagnée d'un qualificatif. Nous parlons communément de valeurs morales, de valeurs économiques, de valeurs écologiques ou encore de valeurs esthétiques. De manière tout à fait singulière, alors que l'usage du terme de valeur se banalise, sa signification est effritée au point que la notion de valeur est couramment associée à la notion d'évaluation, entendue comme un jugement porté sur un objet ou une personne. Déterminer la ou les valeur(s) de quelque chose ou de quelqu'un reviendrait à se livrer à une évaluation de l'objet ou de la personne concernée. Cette approche de la notion de valeur empêche alors de considérer qu'il existe des valeurs intrinsèques et objectives puisque la valeur n'est que le résultat d'une considération subjective liée à la libre appréciation de chacun. A notre sens, il nous faut changer de paradigme pour apprécier la notion de valeur dans toute sa dimension. Partant du postulat que l'appréciation de la ou des valeur(s) d'un objet ou d'une personne nécessite l'intervention d'un tiers pour les mettre en exergue, cela conduit-il nécessairement à se livrer à une évaluation, au sens d'un jugement porté sur un objet ou sur une personne ? Pas nécessairement. Le terme d'évaluation vient du latin valere qui signifie être fort, avoir de l'importance et le terme de valeur en dérive directement. L'évaluation ne se résumerait alors pas nécessairement à porter un jugement. Evaluer ne signifierait pas décider ce qui a de l'importance mais seulement constater ce qui en a. Entendue de la sorte le premier degré d'évaluation qui consisterait à rechercher les valeurs d'un objet ou d'une personne ne serait qu'un processus de reconnaissance de ces valeurs et non de hiérarchisation de celles-ci en fonction de préférences. Ainsi, l'évaluation de la biodiversité devrait davantage conduire à se demander de quelle(s) valeur(s) est porteuse la biodiversité plutôt que de se demander quelle(s) valeur(s) nous attribuons à la biodiversité. Ce changement de perspective invite ainsi à refuser de penser la biodiversité à partir du regard 1 LAGNEAU (J.), Célèbres leçons et fragments, Presses Universitaires de France, 1950, p. 259.
Document type :
Book sections
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02130754
Contributor : Sophie Gambardella Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Monday, February 3, 2020 - 11:24:10 AM
Last modification on : Monday, February 3, 2020 - 4:26:34 PM
Long-term archiving on: : Monday, May 4, 2020 - 1:55:19 PM

File

S. Gambardella - Valeurs de la...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02130754, version 1

Collections

Relations

Citation

Sophie Gambardella. La(es) valeur(s) de la biodiversité à travers le prisme des quotas de pêche. BOUTONNET (M.), TRUILHE (E.), Quelle(s) valeur(s) pour la biodiversité ?, Mare et Martin, pp.265-282, 2017, 978-2-84934-232-9 35 €. ⟨halshs-02130754⟩

Share

Metrics

Record views

49

Files downloads

56