Skip to Main content Skip to Navigation
Other publications

La fin du « socialisme du XXI ème siècle »

Résumé : Les élections présidentielles qui viennent de se dérouler au Chili sont remarquables à plusieurs égards. Bien sûr, elles ont vu la victoire de Sebastián Piñera, chef d'entreprise et homme politique de 68 ans, déjà élu président du Chili il y a quelques années. Surtout, si elles ne sont pas les premières élections réalisées de manière pluraliste, elles ont, néanmoins et tout d'abord, donné lieu à l'organisation de primaires officielles par le service électoral national lui-même. Le 2 juillet 2017, ont donc été désignés les candidats des deux coalitions électorales principales du pays : d'un côté, Vamos Chile, regroupant les partis Unión Demócrata Independiente, Renovación Nacional, Evolución Política et Partido Regionalista Independiente et, de l'autre, Frente Amplio, rassemblant les partis Revolución democrática, Partido Humanista de Chile, Partido Liberal de Chile, Partido Ecologista Verde de Chile, Poder Ciudadano et, enfin, Partido Igualdad. Ensuite, ce processus électoral réussi manifeste l'encrage de plus en plus solide de l'alternance au sein du régime politique chilien, une alternance qui depuis quelques années s'établit entre le centre-gauche et le centre-droit de l'échiquier politique. Avec ce nouveau mandat de Sebastián Piñera, le chiffre s'établit à seize années d'alternance entre la présidente Bachelet et le président Piñera. La Constitution, conçue par Pinochet, impose la réalisation d'un seul mandat présidentiel de quatre ans, ce qui, compte tenu de ce constat, ne paraît plus satisfaisant et ne semble pas correspondre au souhait de l'opinion. Ajoutons que, dans ce cadre, le retour au pouvoir de celui qui fut déjà président entre 2010 et 2014 confirme le tournant libéral que paraît connaître la région et qui s'est initialement illustré avec la victoire de Mauricio Macri en Argentine à la fin de l'année 2015. Incarnant ce virage, Sebastián Piñera a, en effet, renversé tous les pronostics, s'imposant même avec neuf points d'avance sur son principal rival, le candidat de la coalition de centre-gauche, Alejandro Guillier. Enfin, au-delà de ces premiers enseignements, il faut relever, d'une part, que le président élu a tenu un discours modéré, ce qui a sans doute contribué à sa victoire. Ce chef d'entreprise incarne, selon l'expression des analystes chiliens, la « modernisation capitaliste » et apparaît plus proche du centre-droit que de la vieille droite dure. Le camouflet infligé au centre-gauche, cinglant, lui qui a dominé l'histoire politique du Chili depuis le retour de la démocratie, en est la preuve. Il était, certes, prévisible dans la mesure où la gauche était particulièrement divisée et le gouvernement sortant responsables d'échecs dans les réformes structurelles engagées. Mais, la mobilisation à droite entre les deux tours a été sans précédent et inespérée, au point qu'à l'occasion du second tour, ce sont 600 000 votes supplémentaires vers la droite et le centre-droit qui ont été rassemblés. Lors du second tour, le 17 décembre, Sebastián Piñera est parvenu, pour la première fois depuis vingt ans, à faire voter davantage qu'au premier. La gauche, aujourd'hui dépourvue de leader, aura du mal à s'en relever. D'autre part, en l'absence de majorité au Parlement, le président élu va devoir gouverner en recherchant le soutien des députés progressistes et modérés et écartant toute division sociale. La tâche ne sera pas aisée, mais il a déjà su, après le premier tour, renverser les pronostics et faire mentir les faibles 36, 64 % obtenus le 19 novembre, en adoptant un visage plus tolérant, délaissant une position trop partisane pour s'approprier certains des thèmes de campagne promus par la gauche. Un tel virage, vraisemblable aux yeux de l'opinion, n'est pas le moindre de ses tours de force puisqu'il a su joindre aux promesses traditionnelles de la droite (ordre, efficacité, croissance) une sensibilité, inédite à droite, pour des thèmes davantage
Document type :
Other publications
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02117933
Contributor : Hubert Alcaraz Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, May 2, 2019 - 5:28:19 PM
Last modification on : Wednesday, November 3, 2021 - 9:55:39 AM
Long-term archiving on: : Monday, September 30, 2019 - 10:35:23 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02117933, version 1

Collections

Citation

Hubert Alcaraz. La fin du « socialisme du XXI ème siècle ». 2018, pp.9-11. ⟨halshs-02117933⟩

Share

Metrics

Record views

56

Files downloads

25