Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Athènes repeinte en cité grecque ? : Quelques remarques sur l'idéologie du Panathénaïque d'Aelius Aristide

Résumé : La coexistence des éloges de deux cités aussi différentes qu’Athènes et Rome dans l’œuvre d’Aelius Aristide (discours En l’honneur de Rome et Panathénaïque) a souvent conduit à disqualifier les deux discours. Comment Aristide peut-il faire d’Athènes le lieu de tout processus de civilisation quand Rome incarne une perfection qui doit mettre fin à l’histoire ? Sous une façade historique, le Panathénaïque se veut un éloge total qui réponde enfin à l’excellence de son objet et mette au jour l’unité organique profonde d’Athènes. Cette nouvelle Athènes est caractérisée par la philanthrôpia, vertu qui a pour fonction à la fois d’unifier toute l’histoire de la cité et d’en donner un schéma interprétatif. La dunamis, que vantait particulièrement le Périclès de Thucydide, existe toujours mais elle est désormais transposée dans un autre ordre de valeur : l’empire d’Athènes est celui de la langue et de la culture, qui agit par attraction sur tous les peuples et diffuse les valeurs de l’hellénisme. Ainsi, tout en adossant l’Athènes contemporaine à l’Athènes du passé, Aristide opère une mutation des valeurs classiques visant à mettre en valeur les qualités qui décrivent un nouveau comportement politique, fondé sur le consentement et l’adhésion.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02086083
Contributor : Agnès Tapin <>
Submitted on : Monday, April 1, 2019 - 10:25:52 AM
Last modification on : Monday, March 2, 2020 - 6:24:47 PM

Identifiers

Collections

Citation

Estelle Oudot. Athènes repeinte en cité grecque ? : Quelques remarques sur l'idéologie du Panathénaïque d'Aelius Aristide. Mètis - Anthropologie des mondes grecs anciens, Daedalus/EHESS, 2005, Dossier : Et si les Romains avaient inventé la Grèce?, N.S.3, pp.319-336. ⟨10.4000/books.editionsehess.2163⟩. ⟨halshs-02086083⟩

Share

Metrics

Record views

72