Quel temps est-il ? Eloge du chrono-urbanisme

Résumé : A la question banale du "temps qu'il fait" qui occupe une partie de nos conversations quotidiennes, nous pourrions susbstituer la complexité du questionnement sur le "temps qu'il est" dans nos vies et dans nos villes qui pourrait les enrichir. Au delà de l'anecdote, on peut constater que le temps est longtemps resté le parent pauvre des réflexions sur le fonctionnement, l'aménagement ou le développement des villes et des territoires au bénéfice des infrastructures. Chercheurs, professionnels et politiques ont souvent abordé la ville comme une entité amputée, fonctionnant seize heures sur vingt-quatre et cinq jours sur sept. On a longtemps aménagé l'espace pour gagner du temps mais on a plus rarement fait l'inverse. Pourtant, les systèmes urbains ne sont pas figés. Ils évoluent selon des rythmes quotidiens, hebdomadaires, mensuels, saisonniers ou séculaires, mais aussi en fonction d'évènements et d'usages difficiles à articuler. Les horaires et les calendriers d'activités des hommes et des organisations donnent le tempo, règlent l'occupation de l'espace et dessinent les limites de nos territoires vécus, maîtrisés ou aliénés. Mais les temps changent. L'évolution rapide de nos modes de vie nous oblige à changer de regard et à adopter le temps comme autre clé de lecture et d'écriture de nos villes. Mutations rapides. Les rythmes de nos vies et de nos cités se transforment sous l'effet de phénomènes concomitants : individualisation des comportements et abandon progressif des grands rythmes collectifs ; urbanisation généralisée ; tertiarisation ; diminution du temps de travail ; apparition d'un temps global, développement des TIC qui donnent l'illusion d'ubiquité à des individus qui veulent souvent tout, tout de suite, partout et sans effort. Plus globalement, la dictature de l'urgence, l'hypertrophie du présent et la survalorisation du passé s'accompagnent d'une incapacité à penser le futur et à se projeter pour construire notre avenir. Notre société semble malade du temps. Nouveaux régimes. Ces mutations ont transformé notre rapport à l'espace et au temps et fait exploser les cadres spatio-temporels classiques de la quotidienneté et les limites des territoires et calendriers d'usage. Unifiés par l'information, les hommes n'ont jamais vécu des temporalités aussi disloquées. A une concomitance des espaces et des temps a succédé un éclatement, une disjonction conjuguée à une nouvelle temporalité. La flexibilité généralisée des temps sociaux alliée à la diversification des pratiques à l'intérieur de chaque temps social dessinent de nouvelles « cartes du temps », de nouveaux régimes temporels différenciés selon les situations sociales, les sexes, les générations et les territoires. Tensions. Confrontés à cette désynchronisation, nos emplois du temps craquent. Chacun jongle avec le temps entre sa vie professionnelle, familiale et sociale, son travail et ses obligations quotidiennes. Face à la responsabilisation accrue et aux difficultés d'arbitrage, « la fatigue d'être soi » guette les plus fragiles.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02070302
Contributor : Luc Gwiazdzinski <>
Submitted on : Sunday, March 17, 2019 - 3:26:24 PM
Last modification on : Wednesday, April 3, 2019 - 1:26:51 AM

File

GWIAZDZINSKI L., 2013, Quel te...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02070302, version 1

Collections

Citation

Luc Gwiazdzinski. Quel temps est-il ? Eloge du chrono-urbanisme. Vues sur la Ville, 2013, pp.2-3. ⟨halshs-02070302⟩

Share

Metrics

Record views

25

Files downloads

85