Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Château médiéval de Clermont: Tour maîtresse et espace résidentiel (Clermont, Haute-Savoie)

Résumé : La fouille archéologique menée sur le château médiéval de Clermont en juillet 2018 fait suite à une première campagne de sondage réalisée en 2017 ainsi qu’à une logique d’études castrales développée dans le département de la Haute-Savoie depuis 2010. La volonté départementale de mettre en valeur son patrimoine historique ainsi que la présence du site de Clermont au sein d’un corpus d’étude d’une thèse en cours sont autant de raisons de poursuivre ce projet. À vingt kilomètres au nord-ouest d’Annecy et à cinq kilomètres de Seyssel, Clermont se situe au cœur de l’Albanais à environ 690 m d’altitude. L’agglomération est logée au croisement d’axes routiers historiques desservant Chambéry, Genève et Annecy. De par sa position sur une colline, elle domine les plaines avoisinantes et sert ici de point de contrôle sur l’espace environnant. Le site médiéval de Clermont apparaît dans les sources écrites dans le courant du XIIIe siècle. Il s’agit alors d’une demeure princière appartenant aux comtes de Genève. Si le site semble occupé dès le XIIe siècle du fait de la présence de seigneurs de Clermont, il n’est pas fait mention d’une forteresse à ce moment-là. Résidence d’été des comtes de Genève dès la seconde moitié du XIIIe siècle, les dimensions générales du site se rapprochent de celles du château d’Annecy alors capitale du comté. Avec le rachat de ce dernier par les comtes de Genève au début du XVe siècle, le site perdra de son importance, mais sera régulièrement entretenu et transformé partiellement en prison aux environs du XVIe siècle. À la fin du siècle, Gallois de Regard, originaire de Clermont, fait construire, en accord avec le duc de Savoie, une demeure fortifiée d’inspiration Renaissance italienne à l’emplacement de la résidence familiale sur le plain château. Les deux bâtiments cohabiteront pendant un demi-siècle environ. Au début du XVIIe siècle, la Savoie entre en conflit avec la France si bien qu’en 1630 les troupes de Louis XIII assiègent l’agglomération. Les habitants, refusant le siège, ouvrent les portes aux troupes françaises. La forteresse médiévale, alors encore en état de tenir un siège, est détruite par Louis XIII et son armée. La demeure Renaissance, bien que partiellement ruinée, est rachetée dans les années soixante avec le plateau médiéval par le département de la Haute-Savoie. Après différentes opérations d’acquisition de données planimétriques et topographiques et de premiers sondages, une opération de fouilles archéologiques programmée a été réalisée entre le 9 juillet et le 3 août 2018. Par l’ouverture de deux secteurs d’environ 100m² chacun, la fouille a permis de compléter les données obtenues sur la tour maîtresse en 2017 et d’ouvrir une nouvelle zone du château supposée renfermer les bâtiments résidentiels. Le secteur nord nous a permis de mettre au jour l’intégralité de la tour maîtresse ainsi qu’une nouvelle portion de son environnement proche. La fouille de la tour a révélé une série de trous de poteaux creusés dans le substrat rocheux au fond de l’espace intérieur. Néanmoins, ils ne semblent pas être en lien avec le bâtiment et leur datation est actuellement compliquée. Une maçonnerie antérieure à la tour a également été trouvée au nord. Il pourrait s’agir du premier indice concernant l’occupation du site avant le XIIIe siècle. Enfin, la tour a fait l’objet d’un remaniement au XVIe siècle puisque sa maçonnerie, épaisse de 3.70 m, a été percée d’une porte et d’un couloir afin de pouvoir accéder plus facilement au rez-de-chaussée. Cet aménagement semble à mettre en lien avec le changement de fonction de la fortification, cette dernière étant transformée en prison dans le courant du siècle. Le secteur sud est inédit. Son ouverture a permis la mise au jour de plusieurs espaces maçonnés proches de la limite sud du fossé. Au sein de ces bâtiments, plusieurs foyers associés à des canalisations d’assainissement, une cheminée monumentale et une fosse dépotoir nous ont permis de localiser une des cuisines du château, identification appuyée par les textes médiévaux et le mobilier retrouvé. Le pendant sud du mur de fossé retrouvé en 2017 a pu également être localisé bien que complètement purgé. Enfin, des indices semblent nous indiquer une potentielle entrée du secteur résidentiel. Les résultats de cette campagne confirment le fort potentiel archéologique pressenti en 2017. Les vestiges et le mobilier sont nombreux et assez bien conservés pour permettre une compréhension du site. Toutefois, beaucoup de questions restent encore en suspens et seule une poursuite de ces travaux permettra d’obtenir une vision complète du site et d’en proposer une restitution fidèle. De même, la mise en valeur de ces fouilles par le biais d’une exposition permanente dans la demeure Renaissance se poursuivra dans les années à venir.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02046541
Contributor : Loïc Benoit <>
Submitted on : Friday, February 22, 2019 - 4:57:24 PM
Last modification on : Wednesday, August 5, 2020 - 3:10:27 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02046541, version 1

Citation

Benoit Loïc, Clément Tournier, Liliana Ceci, Christophe Guffond, Amélie Lefebvre de Rieux. Château médiéval de Clermont: Tour maîtresse et espace résidentiel (Clermont, Haute-Savoie). [Rapport de recherche] UAPB; Département de la Haute-Savoie. 2018. ⟨halshs-02046541⟩

Share

Metrics

Record views

66