Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Château médiéval de Clermont (Clermont, Haute-Savoie).

Résumé : L’opération réalisée en juillet 2017 sur le site médiéval de Clermont fait suite à la volonté du département de continuer la logique d’études castrales mise en place lors du projet européen, A.V.E.R – des montagnes de châteaux, initié en 2010. De plus, le site étant propriété départementale, un état des lieux patrimonial et une définition de l’intérêt en termes de réserve archéologique étaient demandés depuis longtemps en interne. Néanmoins, c’est également un intérêt historique et une volonté de mise en valeur des sites appartenant à la collectivité qui a dirigé ce projet. Enfin, dans une moindre mesure, le fait que ce château fasse partie d’un corpus d’étude au sein d’une thèse de doctorat a fini d’appuyer la mise en place de ce projet. Construit à vingt kilomètres au nord-ouest d’Annecy et à cinq kilomètres de Seyssel, Clermont se situe au cœur de l’Albanais à environ 690 m d’altitude. La petite agglomération, logée au croisement d’axes routiers historiques desservant Chambéry, Genève et Annecy, possède une topographie en escalier alliant éperon rocheux et plusieurs replats et plateforme en contrebas. Il domine les plaines avoisinantes et sert ici de point de contrôle sur l’espace environnant. Le site de Clermont apparait dans la littérature dès le XIIIe siècle comme possession des comtes de Genève. S’il est fort probable que le site soit occupé plus anciennement du fait de la présence des comtes de Clermont au XIIe siècle, la forteresse n’apparait pas dans la documentation à ce moment-là. Le château semble rapidement prendre de l’importance au sein de la famille de Genève puisqu’il devient l’une des résidences principales de cette lignée dès la perte de la ville de Genève au profit de la maison de Savoie. Résidence d’été des comtes, les dimensions générales du site se rapprochent de celles du château d’Annecy alors capitale du comté. Clermont sera clé pour la région jusqu’au début du XVe siècle. Le comté est alors vendu à la Savoie et la forteresse perd son intérêt défensif et son rôle de contrôle de l’Albanais. Progressivement abandonné jusqu’au XVIe siècle, il reste malgré tout entretenu comme l’atteste la documentation. À la fin du siècle, Gallois de Regard, originaire de Clermont, fait construire, en accord avec le duc de Savoie, une demeure fortifiée d’inspiration Renaissance italienne à l’emplacement de la résidence familiale sur le plain château. Les deux bâtiments cohabitent pendant un demi-siècle environ avant que la guerre entre la Savoie et la France atteigne la région. Aussi, en 1630, les troupes de Louis XIII assiègent l’agglomération mais les villageois ouvrent les portes de la ville et se rendent. La forteresse médiévale, alors encore en état de tenir un siège, est détruite par Louis XIII et son armée. La demeure Renaissance bien que partiellement ruinée, est rachetée dans les années soixante avec le plateau médiéval par le département de la Haute-Savoie. Restaurée, elle est aujourd’hui un musée. Après différentes opérations d’acquisition de données planimétriques et topographiques laissant présager d’un fort potentiel archéologique, une première opération de sondages a été réalisée sur le site médiéval de Clermont entre le 10 et le 29 juillet 2017. Elle a, entre autres, permis d’évaluer le potentiel stratigraphique du lieu ainsi que l’état de conservation des vestiges de la fortification. La fouille a consisté en la réalisation de deux sondages de 9 x 2 m sur le secteur dit de la tour maîtresse. Elle a alors livré de premières informations sur l’organisation de l’espace au centre du château en dévoilant en partie une tour circulaire, un espace intermédiaire, un second mur ainsi qu’une partie d’un fossé. Si tous les niveaux archéologiques n’ont pu être atteints étant donné la nature même de notre opération, nous avons pu documenter les différentes maçonneries apparentes ainsi qu’une partie de la chronologie relative. Aussi, la tour est conservée sur plus de 1.30 m de haut (observable), pour une largeur de mur de 3.70 m ce qui en fait l’un des murs les plus épais du département. L’appareil de construction est en pierre de taille smillée à l’extérieur tandis que l’intérieur présente des moellons équarris à face dressée. Le tout est en calcaire lié au mortier de chaux. Un second mur est présent au sud, séparant la tour du fossé. Il est construit en moellons de molasse verte liés au mortier de chaux. Cette maçonnerie, conservée sur 1.60 m de haut pour 1.50 m d’épais, est construite postérieurement au bâti circulaire, fait marqué par un remblai ainsi qu’un niveau de chantier en appuie sur la tour. Les résultats de cette campagne ont montré le fort potentiel archéologique du château de Clermont. Les vestiges sont nombreux et très bien conservés sur une hauteur considérable malgré l’absence de marqueurs de surface. L’extension progressive des secteurs de fouilles permettra à terme d’obtenir une vision complète de ce site majeur méconnu et d’en proposer une restitution fidèle. De même, sa mise en valeur par le biais d’une exposition dans la demeure Renaissance permettra au grand public d’acquérir ces connaissances.
Mots-clés : Tour Château
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02046520
Contributor : Loïc Benoit <>
Submitted on : Friday, February 22, 2019 - 4:46:20 PM
Last modification on : Tuesday, April 20, 2021 - 3:03:51 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02046520, version 1

Citation

Benoit Loïc, Clément Tournier, Liliana Ceci. Château médiéval de Clermont (Clermont, Haute-Savoie).. [Rapport de recherche] UAPB; Département de la Haute-Savoie. 2017. ⟨halshs-02046520⟩

Share

Metrics

Record views

50