Skip to Main content Skip to Navigation
Reports

Installations agricoles et espace funéraire autour d'un carrefour de voies. Autoroute A75 - Section Béziers - Pézenas Hérault, Montblanc et Valros. Renaussas et Champ Redon

Abstract : Le site du Renaussas sur la commune de Valros est situé sur le Secteur 4 du projet autoroutier A75, section Pézenas-Béziers, à 1 km au sud du village de Valros. Les niveaux archéologiques décapés sur 6045 m2 sont immédiatement sous la terre arable et par conséquent fortement érodés. Le site est déjà signalé par Jean-Luc Espérou (Espérou et Roques 1988, Espérou et al. 1996). Il notait la présence de tombes et de sigillée sur ce lieu-dit, avec cependant des imprécisions quant à leur localisation. En 1998, les prospections liées au tracé de l’autoroute A75 dirigées par Jérôme Kotarba ont permis de localiser le site avec plus de précision (Kotarba et al. 1998). La campagne de diagnostic mécanique dirigée par Gilles Loison en 2006 a sérié l’étendue du site et caractérisé le type de vestiges conservés (Loison 2006). 13 tranchées ont alors livré des indices attribués à la période antique (voirie, agraire et funéraire). L’opération de fouille a été menée de novembre 2007 à mars 2008. Celle-ci a permis l’étude d’un espace funéraire d’une vingtaine de tombes constituée en grande majorité d’incinérations. Elle est installée au carrefour de trois voies. L’ensemble de ces vestiges est entouré par des parcelles de vignes antiques. Au sud-est du carrefour, se développe un bâtiment agricole sur 500 m2. La chronologie des structures reconnues s’échelonne depuis les Ier s. av. J.-C. et la fin du IIIe s. ap. J.-C. Un carrefour de voie structurant les vestiges : On observe une voie d’orientation NL+/-19°E qui se divise en deux tronçons et forme un carrefour en Y. Les bandes de roulement de ces chemins, dans les rares espaces où elles sont encore conservées, sont matérialisées par des blocs de basalte et des galets issus de la terrasse villafranchienne. Elles sont encadrées par des fossés qui délimitent des chaussées dont la largeur oscille entre 2 et 5 m. Cette ossature de chemin pourrait être mise en place au cours du Ier s. av. J.-C. Elle délimite et structure quatre parcelles de vignes, et conditionne également l’implantation des sépultures. Des parcelles de vignes : Quatre parcelles de vignes ont été identifiées. Trois d’entre elles, situées au sud du carrefour pourraient être implantées dès la mise en place du réseau viaire. Le rare mobilier céramique retrouvé dans les fosses montre un terroir peu anthropisé lors de la mise en culture et la présence de nombreuses traces de provignage indiquent une certaine durée de vie des parcelles avant que celles-ci ne soient en partie recouvertes par le bâtiment durant la première moitié du Ier s. ap. J.-C. Le mode de plantation de ces vignes est celui communément observé en Languedoc : creusement de fosses oblongues (alvei). La troisième parcelle au nord du carrefour est plus tardive puisqu’elle empiète en partie sur les sépultures du début du Ier s. ap. J.-C. Les mobiliers céramiques et les liens chronostratigraphiques permettent de caler son implantation dans le courant du Ier s. ap. J.-C. Son mode de plantation est sous forme de tranchée avec au départ un grand espacement entre les rangées (3,6 m) et une densification progressive de la plantation qui laisse envisager le changement de pratiques agraires : du complant à la monoculture. Un espace funéraire au carrefour des voies : Il a livré une vingtaine de sépultures appartenant à des sujets adultes ou adolescents, implantées de part et d'autre du carrefour à partir du deuxième quart du Ier s. ap. J.-C. jusque dans le courant du IIIe s. ap. J.-C. On distingue un premier groupe daté du Ier s., établi au nord du carrefour comprenant deux tombes bûchers de grande taille et de plan carré (deuxième quart du Ier s.) et un petit bûcher en fosse (deuxième moitié du Ier s.), ainsi qu'une crémation du milieu du Ier s. localisée au centre du carrefour. Une inhumation isolée au sud-ouest du carrefour, datée par le radiocarbone entre 40 av. J.-C. et 130 de n. è., pourrait appartenir à une phase ancienne de l'occupation. Celle-ci se poursuit au cours du IIe s. à l'ouest du carrefour le long de la voie qui se dirige vers le nord-ouest, puis, à partir de la fin du IIe s., sur l'emprise du fossé bordier et sur celle de la voie elle même. Il s'agit de tombes bûchers (1 exemplaire attesté et 3 incertains), de bûchers en fosse de plan oblong (2 exemplaires) et, à partir de la deuxième moitié ou de la fin du IIe s., d'inhumations en fosse avec couverture (2 exemplaires) ou en fosse remblayée (1 tombe). On dénombre en outre trois crémations de type indéterminé, datées des IIe et IIIe s. et trois autres non datées. Un bâtiment agricole : Il s’implante dans la première moitié du Ier s. ap. J.-C. à cheval sur deux des parcelles de vigne situées au sud est du carrefour. Il s’agit d’un bâtiment de plan carré qui dévoile une activité vinicole caractérisée par des espaces de pressurage et de stockage. Une première unité de production active durant le Ier s. se développe dans les pièces nord du bâtiment. Elle se décline en une fosse servant d’ancrage à un treuil de pressoir, un bassin de récupération des jus de presse et un chai d’une dizaine de dolia. Le bâtiment est restructuré dans le courant du IIe s. ap. J.-C. avec la création d’une nouvelle unité de production (presse et cuvaison) et de stockage, où l’on restitue 24 dolia. Par ailleurs, la présence d’outillages en lien avec le travail du bois (hache à fendre de dimensions réduites, ciseau droit, poinçons ou pointeaux et un fer à marquer) associés aux vestiges de petites forges permet de proposer une activité de tonnellerie pour le stockage mais également pour la commercialisation des vins produits. Le site est détruit dans le courant du IIIe s. ap. J.-C. ; de rares céramiques de l’Antiquité tardive ont été retrouvées dans les épierrements et les niveaux de destructions.
Document type :
Reports
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02002469
Contributor : Cécile Jung <>
Submitted on : Thursday, January 31, 2019 - 4:48:30 PM
Last modification on : Wednesday, March 17, 2021 - 4:16:03 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-02002469, version 1

Collections

Citation

Cécile Jung, Valérie Bel, Michel Compan. Installations agricoles et espace funéraire autour d'un carrefour de voies. Autoroute A75 - Section Béziers - Pézenas Hérault, Montblanc et Valros. Renaussas et Champ Redon. [Rapport de recherche] Institut national de recherches archéologiques préventives, INRAP. 2011. ⟨halshs-02002469⟩

Share

Metrics

Record views

86