Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ?

Résumé : Depuis la fin de la colonisation, en Afrique du Sud comme au Sénégal, les mécanismes de l’institutionnalisation du genre se sont multipliés. Ils se sont concentrés sur les questions d’égalité des droits entre les hommes et les femmes. Cette option traduit les choix des dirigeants des États qui, dans le premier pays, donnent la priorité aux questions de race et de classe et à un antiféminisme fort, et, dans le deuxième, alimentent un paternalisme et un féminisme d’État sophistiqué. Les options des politiques nationales, soutenues par les politiques internationales, ont eu des impacts directs sur les mobilisations des organisations de femmes ou féministes, qui ont eu à choisir entre alliance et rupture avec les institutions gouvernementales. Les actions des organisations qui ont choisi l’alliance sont dépolitisées au sens où elles s’éloignent de la question du pouvoir politique. Par ailleurs, on assiste à une « ONGisation » des luttes, qui biaise la représentation des rapports sociaux de genre et les éloigne de la déconstruction des rapports de domination.
Type de document :
Autre publication (1)
Sur la question des rapports de genre et de leur institutionnalisation en Afrique du Sud et au Sé.. 2018
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01925469
Contributeur : Bastien Miraucourt <>
Soumis le : vendredi 16 novembre 2018 - 17:09:47
Dernière modification le : vendredi 30 novembre 2018 - 01:04:18
Document(s) archivé(s) le : dimanche 17 février 2019 - 15:17:26

Fichier

2018_10-Joelle-Palmieri-Le gen...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01925469, version 1

Collections

Citation

Joelle Palmieri. Le genre institutionnalisé, une machine antipolitique ?. Sur la question des rapports de genre et de leur institutionnalisation en Afrique du Sud et au Sé.. 2018. 〈halshs-01925469〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

65

Téléchargements de fichiers

33