L'éthique sociologique et l'interdit de penser. : La science comme rapport de force

Résumé : La norme que l'on appelle tantôt "éthique" et d'autre fois "scientifique" joue un rôle de limitation du champ du pensable et même d'encadrement et de jugement normatif des objets dignes d’intérêt académique. Pour cette contribution nous proposons d’analyser l’éthique sociologique, telle qu’elle existe, comme un instrument de domination, de reproduction et de légitimation de certains groupes de chercheur.es, occupant souvent des places dominantes, qui produisent ainsi une certaine sociologie qui véhicule un point de vue normé sur le monde. Dès lors que l'éthique est appréhendée comme étant un des enjeux de rapport de force au sein de la pratique sociologique, la question de savoir qui (ou quel groupe) possède le pouvoir d'édicter et de prescrire les normes invite à penser l'exercice de la sociologie comme étant une manière de composer avec un ensemble d'interdit et d'autorisation. La question est alors de savoir : En quoi l'éthique sociologique peut-elle être un instrument de censure intériorisé, pour interdire de penser ou contraindre les chercheur.es à penser leur objet d'une certaine manière ?
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01921313
Contributor : Tanguy Dufournet <>
Submitted on : Tuesday, November 13, 2018 - 5:28:15 PM
Last modification on : Wednesday, November 14, 2018 - 1:18:37 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01921313, version 1

Citation

Tanguy Dufournet, Ekaterina Panyukina, Hakim Menasri. L'éthique sociologique et l'interdit de penser. : La science comme rapport de force. Enjeux éthiques dans l’enquête en sciences sociales, UNIL, Nov 2018, Lausanne, Suisse. ⟨halshs-01921313⟩

Share

Metrics

Record views

43