Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

La mer idéale de Raoul Dufy, du motif au décor textile

Résumé : Sur le temps long des arts textiles, la faune et la flore marines aussi bien que les mythes qui sont liés à la mer ont procuré un répertoire iconographique protéiforme, qui constitue autant de représentations du monde maritime – et au-delà du monde en général - par les sociétés qui les ont produites. L’oeuvre de Raoul Dufy (1877-1953), né au Havre et familier des rivages voisins, très tôt attiré par les couleurs de la Méditerranée, de Martigues à l’Estaque, d’Hyères à Nice, inclut de nombreux éléments marins. Si plusieurs expositions ont rassemblé quelques-unes de ses créations autour de la thématique de la mer : "La promenade comme motif" (musée des Beaux Arts de Nice, 2015 ; "Dufy en Méditerranée" (musée Paul Valéry de Sète, 2010) ; "Bercé par la musique et la mer" (musée des beaux-arts de Cambrai, 2010), elles ont rarement été accompagnées d’études, et aucune ne s’est saisie de la problématique de la représentation de « la mer » comme élément de décor textile. Or, privée de médiation, la confrontation de toiles ou d’aquarelles, qui figurent autant de fenêtres sur la cimaise où elles sont présentées, avec les étoffes tissées souvent montrées sous forme de vêtements, ignore un élément essentiel à la compréhension de ce qui, chez Dufy, « faisait mer » : l’esquisse, élément graphique qui seul peut être convoqué pour définir l’esprit dans lequel il abordait le décor textile. Pêcheurs, bestiaire marin, coquillages et figures de la mythologie abondent sur les étoffes dont il a donné les dessins, à Poiret puis à Bianchini Férier. À partir d’un corpus réunissant des étoffes imprimées et façonnées s’intéressant, au-delà des toiles de Tournon, aux décors plus modestes destinés à l’impression, cette communication s’attache à dégager les caractéristiques du traitement des motifs et de leur mise en scène sur un support souple. Sont examinés la manière dont Dufy s’adapte aux contraintes du dessin textile : le traitement graphique, sachant que le détail n’est guère visible sur un tissu ; la dimension limitée des éléments du décor, leur répétition en largeur et en hauteur. La mise en couleur est également prise en compte, puisqu’aussi bien le nombre de couleurs est limité sur une étoffe : à ce point précis, le schéma de création d’une étoffe dans un contexte industriel, comme c’était le cas, pour Dufy, chez Bianchini Férier, sera abordé, précisant les fonctions respectives du dessinateur, du metteur au net et du coloriste. In fine, il s’agit, au filtre des créations textiles de Raoul Dufy, de définir d’une part jusqu’à quel point on peut comparer un dessin destiné à l’industrie à une oeuvre de nature artistique ainsi que la manière dont ils dialoguent, et d’autre part le statut de l’esquisse et de ses éléments (motif, décor) dans le processus de fabrication du tissu.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01909203
Contributor : Florence Charpigny <>
Submitted on : Tuesday, October 30, 2018 - 11:40:02 PM
Last modification on : Wednesday, October 14, 2020 - 4:18:27 AM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01909203, version 1

Collections

Citation

Florence Charpigny. La mer idéale de Raoul Dufy, du motif au décor textile. De la mer aux textiles, Association française pour l'étude des textiles (AFET), Oct 2018, La Rochelle, Musée maritime, France. ⟨halshs-01909203⟩

Share

Metrics

Record views

42