Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

Retraites et développement territorial

Résumé : Retraites et développement territorial Article paru dans la revue POUR, numéro 233, sept. 2018 Magali Talandier Professeure en Aménagement et urbanisme, Université Grenoble Alpes, laboratoire PACTE Magali.talandier@univ-grenoble-alpes.fr L'augmentation du temps libre, l'allongement de la durée de vie, l'accélération des vitesses de déplacement, l'amélioration des niveaux de revenus des ménages… ont permis l'essor des mobilités durant plusieurs décennies et ont eu raison de la logique « un individu-un territoire ». C'est cette multi-appartenance territoriale, cette forme d'habiter poly-topique (Stock, 2006) qui explique, qu'aujourd'hui, la production et la consommation sont pour partie déterminées par des logiques géographiques différentes. Cette déconnexion spatiale et temporelle de l'offre et de la demande a fait émerger un fait nouveau et sans précédent pour l'économie des territoires : le « désajustement » entre la création de richesse et l'amélioration des conditions de vie des populations (Davezies, 2008). Ce désajustement entre croissance et développement à l'échelle infranationale s'explique par de puissants mécanismes de redistribution publique et privée entre les territoires. Ces flux de revenus irriguent les territoires indépendamment de leur capacité productive et constituent une ressource économique majeure et un levier d'action pour les territoires, parmi lesquels sont à compter les flux de retraites. Dès lors, le développement économique local ne dépend plus exclusivement de la qualité de son système productif et dès les années 1990 des espaces éloignés de villes et peu impactés par la périurbanisation des ménages se repeuplent et enregistrent une croissance rapide des emplois et du revenu de leurs habitants. Ce « développement hors métropolisation » (Talandier, 2007) s'explique par l'essor d'une économie résidentielle et touristique, venue-dans certains cas-alimentée voire supplantée une économie rurale agricole et/ou industrielle. Les nouvelles mobilités temporaires ou résidentielles ont donc permis l'essor d'une nouvelle forme d'économie non exportatrice, appelée l'économie résidentielle. L'économie résidentielle, premier moteur économique des territoires Depuis une dizaine d'années, des travaux de recherche se développent autour de la notion d'économie résidentielle, reconnue en peu de temps comme l'un des moteurs majeurs du développement économique des territoires. Cette notion mobilise de plus en plus de chercheurs en France, en Europe, mais également dans quelques pays des Suds.
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01896223
Contributor : Magali Talandier <>
Submitted on : Tuesday, December 18, 2018 - 9:42:05 AM
Last modification on : Saturday, August 1, 2020 - 3:07:03 AM
Document(s) archivé(s) le : Tuesday, March 19, 2019 - 5:10:26 PM

File

Retraites et développement te...
Files produced by the author(s)

Identifiers

Collections

UGA | CNRS | PACTE

Citation

Magali Talandier. Retraites et développement territorial. Pour : enquêtes et témoignages, Groupe de recherche pour l'éducation et la prospective (France) (GREP), 2018, 1 (233), pp.80-87. ⟨10.3917/pour.233.0080⟩. ⟨halshs-01896223⟩

Share

Metrics

Record views

220

Files downloads

633