, Siam') qui, à cette époque-là, n'avaient pas encore commencé leur expansion à partir de la région de Möng Mao

, Cette forme primitive, qui devait être localement prononcée [sja?m], est attestée par syam en cham, sy?? en khmer angkorien, et par syam/sya? en vieux birman. Elle est à l'origine de plusieurs ethnonymes : Chan, Ahom (et Assam) et Siam. Il est à remarquer qu'il y a une bonne adéquation entre la dispersion géographique de ces ethnonymes et les migrations des populations tay vers les XII?-XIII? siècles dans la Péninsule Indochinoise. On a également mis en évidence que des formes homographes, issues de sanskrit ?y?ma "noir, de couleur foncée ; brun de teint (considéré comme une marque de beauté)" ont été employées dans le même temps en créant des incertitudes d'interprétation avec l'ethnonyme. En vieux birman, le sens a évolué vers "beau (au teint clair)" ; dans une inscription en vieux môn il qualifie le Bodhisatva, "le Magnifique". Dans les inscriptions khmères préangkoriennes, il est utilisé comme nom de personne avec un sens qui semble être resté plus près de "noir, foncé, brun", mais avec une connotation valorisante. Ce n'est que plus tard que le sens s'est recentré sur l'idée de couleur de teint, dans un sens neutre et sans connotation négative exprimée. Pour les locuteurs des époques anciennes, qu'ils soient Birmans, Môns ou Khmers, et malgré le laconisme des inscriptions, il ne semble pas qu'il y ait eu des risques de confusion entre les différentes formes de l'ethnonyme "Siam" issues de la lignée (Ko)??m(b?), et celui des désignations qualificatives "noir, sombre" issues de la lignée de ?y?ma, En revanche, à l'époque angkorienne, au XII? siècle, les occurrences sy?? kuk, associées aux célèbres bas-reliefs d'Angkor Vat, désignent bien des "Siam". En conclusion On a montré que l'ethnonyme "Siam" était issu de Ko??mb? (adapté du sanskrit Kau??mb?), désignation de prestige des anciennes principautés tay de Möng Mao (Birmanie)

, Première étude sur les inscriptions tchames, Journal Asiatique, vol.17, issue.1, pp.5-86

B. and W. H. ,

, A Handbook of Old Chinese Phonology

D. Bernot, , 1978.

B. and L. Palmer, The appearance and historical usage of the terms Tai, Thai, Siamese and Lao, Journal of the American Oriental Society, vol.69, pp.60-73, 1949.

C. and S. Kumar, Assam-Ahom, Journal of the Asiatic Society, Letters, vol.22, issue.2, pp.147-53, 1956.

C. and R. Caesar, A Dictionary of the Pali language, Kegan Paul & als, 1909.

C. and W. W. ,

, The Shans, Superintendent Government Printing, Rangoon. COEDES, George 1948 Les États hindouisés d'Indochine et d'Indonésie

F. and M. , , 2006.

G. and S. Edward, A History of Assam, 1905.

G. and B. ,

, Les Sy?? Kuk des bas-reliefs d'Angkor Vat, ORIENTS, pour Georges Condominas, pp.107-126

H. , G. E. Longmans, . Green, . Co, .. London et al., History of Burma, Dictionnaire du khmer ancien (d'après les inscriptions du Cambodge du VI?.-VIII?. siècles), Fondation Toyota du Japon, 1925.

L. and G. Hannington, The early Sy?m in Burma's History, vol.46, pp.123-214, 1958.

L. and G. Hannington, The early Sy?m in Burma's History. A supplement, The Journal of the Siam Society, vol.47, issue.1, pp.59-101, 1959.

L. and G. , Hannington 1959b Note on the Peoples of Burma in the 12th-13th Century A.D, vol.42, pp.52-74

L. and G. Hannington, A Comparative Word-list of Old Burmese, Chinese and Tibetan, School of Oriental and African studies, 1981.

L. and G. Hannington, Phases of Pre-Pagán Burma, Languages and History I, 1985.

M. and G. Bradley, An Introduction to Thai Ethnonymy : Examples from "Shan" and "Northern Thai, Journal of the American Oriental Society, vol.128, issue.4, pp.641-62, 1944.

P. and P. , Mémoires sur les coutumes du Cambodge, BEFEO, vol.2, issue.2, pp.123-177, 1902.

P. and P. , Deux itinéraires de Chine en Inde à la fin du VIII? siècle, BEFEO, vol.4, issue.2, pp.131-413, 1904.

P. and P. , Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-Kouan, (OEuvres posthumes de Paul Pelliot III), Adrien Maisonneuve, 1951.

P. and S. , Dictionnaire vieux khmer-français-anglais, Cedoreck, Paris. [Nouvelle édition augmentée d'un supplément, 1992.

P. and E. G. , Lexicon of Reconstructed Pronounciation in Early Middle Chinese, Late Middle Chinese, and Early Mandarin, 1991.

R. , J. ;. , G. H. Luce, B. Shin, and J. Boisselier, Contribution à la géographie historique de la Haute Birmanie (Mien, Pong, Ko?amb? et Kamboja), Essays offered to, vol.I, pp.213-223, 1966.

S. Kam-mong, The History and Development of the Shan Scripts, 2004.

S. , J. George, and J. P. Hardiman, Gazetteer of Upper Burma and the Shan States, Pt. I, vol.1, 1900.

S. and H. L. ,

, A Dictionary of the Mon Inscriptions from the Sixth to the Sixteenth Centuries

S. , N. Nitti, L. Et, and L. Renou, Dictionnaire sanskrit-français, 1959.