La cartellisation des partenaires sociaux français : L’exemple de la réforme du financement syndical

Résumé : Avec leurs homologues patronaux, les syndicalistes professionnels forment un cartel au sens où l’on parle des « partis de cartel ». Ces organisations luttent entre elles pour la conquête du pouvoir mais elles sont d’accord pour rendre quasiment impossible la création de nouveaux syndicats. Elles se partagent les ressources publiques et institutionnelles et sont d’accord pour maintenir leurs attributions, leurs ressources et leur contrôle sur de très nombreux organismes paritaires. En 2014, elles ont fait instituer une taxe sur les salaires dont elles se partagent le produit sans avoir à rendre compte de l’utilisation de ces sommes. Cette taxe est leur principale ressource bien avant les cotisations des adhérents dont les effectifs sont en diminution constante. Ce système permet une dérégulation discrète des relations professionnelles françaises mais comporte un risque évident de corruption.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Andolfatto Dominique. La démocratie sociale en tension, Presses Universitaires du Septentrion, pp.67 - 83, 2018, 978-2-7574-2299-1
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01847651
Contributeur : Dominique Labbé <>
Soumis le : lundi 23 juillet 2018 - 16:55:38
Dernière modification le : jeudi 17 janvier 2019 - 16:59:46

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01847651, version 1

Collections

Citation

Dominique Andolfatto, Dominique Labbé. La cartellisation des partenaires sociaux français : L’exemple de la réforme du financement syndical. Andolfatto Dominique. La démocratie sociale en tension, Presses Universitaires du Septentrion, pp.67 - 83, 2018, 978-2-7574-2299-1. 〈halshs-01847651〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

60