Les touristes et les zones humides : raisons de l’attrait et de l’aversion

Résumé : L' enquête « Les représentations sociales des zones humides » est réalisée, sous le parrainage des labora-toires Dynamiques sociales et recomposition des espa-ces (LADYSS) et Dynamique écologique et sociale en milieu deltaïque (Centre national de la recherche scienti-fique), en coordination avec le ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE). Elle porte sur un échantillon composé de 461 individus choisis selon deux critères : la proximité géographique et le degré d'investissement dans les espaces considérés. Au total, trois sous-populations ont été interrogées :-un groupe in situ (57,5 % des répondants) résidant en Brenne, Camargue gardoise et baie de Somme ;-un groupe ex situ (38,3 %) regroupant un échantillon aléatoire de franciliens ;-un groupe d'individus appartenant au groupe national zones humides (4,2 %). Plus d'informations sur le site du MEDDE, rubrique Eau & biodiversité. Que connaît la population fran-çaise des zones humides ? Une enquête d' opinion sur la représenta-tion sociale des zones humides réali-sée en 2011 a révélé plusieurs aspects de ce savoir, dont la question touris-tique, objet de cette note. Ce qui attire les touristes : Interrogés sur les motivations qui animent l' attractivité des touristes pour leur région, les habitants des zones humides interrogés saisis-sent l' occasion pour vanter, dans les détails, les particularités de leurs espaces de résidence. En effet, quel que soit le site, ce sont les qualités écologiques et climatiques qui semblent inciter les touristes à venir. À l' exception de la Brenne, les formes de l' eau restent le principal marqueur de l'identité du site et le facteur majeur de sa valorisation aux yeux des non-rési-dents. Si la faune représente une valeur attractive en Brenne et en Camargue, son rôle est assez négli-geable dans la Somme. Bien que située dans une position intermédiaire, la Camargue se distingue par l'importance des élé-ments relevant du patrimoine, de la culture et de la tradition, des aspects très secondaires en Brenne et dans la Somme (cf. figure). Dans les détails, en Brenne, ce sont, après les « étangs », la « nature », les « oiseaux », les « paysages » et « le calme » qui recueillent les meilleurs scores, distançant légèrement la « faune » 1. La Camargue attire les touristes par sa « mer » et par son « soleil », mais aussi par ses « taureaux » et ses « chevaux ». La Somme attire, quant à elle, par sa « mer » et sa renommée « baie de Somme » et très faiblement par sa faune.
Mots-clés : Zones humides tourisme
Document type :
Other publications
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01745938
Contributor : Béatrice Moellic <>
Submitted on : Friday, June 7, 2019 - 10:51:32 AM
Last modification on : Wednesday, July 17, 2019 - 2:34:15 AM

File

Tourisme et zone humide.pdf
Publisher files allowed on an open archive

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01745938, version 1

Citation

Mohamed-Raouf Saïdi, Jean-Paul Billaud, Bernard Picon. Les touristes et les zones humides : raisons de l’attrait et de l’aversion. 2013. ⟨halshs-01745938⟩

Share

Metrics

Record views

144

Files downloads

6