Skip to Main content Skip to Navigation
Poster communications

Atteintes paléopathologiques dans la léproserie médiévale de Saint-Thomas d'Aizier (Eure) : dernières données

Résumé : La lèpre est une maladie particulière au Moyen Âge dont les représentations oscillent entre malédiction et bénédiction, sacer et sanctus, avers et revers d’une même pièce que Durkheim nommait le « sacré ». Constructions du religieux, ces images ambivalentes se répercutent sur les comportements envers les lépreux. Soit les lépreux sont errants et plutôt mal perçus, en butte à l’indifférence ou à l’hostilité de la foule, surtout en période de crises multiples ; soit ils sont intégrés en léproseries et assimilés à des moines. Pour se nourrir, les lépreux se coagulent en groupes spontanés. Ces unions cristallisent l’aide de généreux donateurs, évêques, abbés, aristocrates ou bourgeois. Se forme alors une léproserie qui fixe les lépreux en communauté pénitentielle et les soulage de leurs maux. Depuis saint Jérôme le Christ ressemble à un lépreux. Hostia par excellence, tué par les hommes de manière arbitraire, Jésus est l’avocat de toutes les victimes. Avoir la lèpre est une déchéance qui élève. Ceci est le principe même de la victime émissaire qu’a été le Christ. Les résultats de l’analyse anthropobiologique de laboratoire menée depuis plusieurs années sur les squelettes issus de ce site confirment une spécialisation des aires funéraires en rapport avec la vocation hospitalière de l’établissement. La léproserie d’Aizier est un lieu de soin du corps et de l’âme, attestant d’une mise à l’écart relatif pour une intégration dans une fraternité de purification admise par tous. Cette population est tout particulièrement intéressante pour l’étude de la lèpre au Moyen Âge, mais aussi pour connaître la perception de cette maladie et mieux appréhender ses implications sociales (prise en charge du handicap, soins...). Les perspectives de recherche qu’elle offre sont multiples. Le génotypage du Mycobacteria leprae, l’étude des mycolipides et autres mycolates sont en cours. L’analyse des isotopes stables (N, O et C) pour repérer et préciser les privations et carences alimentaires des pensionnaires de la léproserie ainsi que celle du tartre devraient fournir d’autres précisions pour mieux comprendre la vie quotidienne de ces malades.
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01715073
Contributor : Cécile Chapelain de Seréville-Niel Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, February 22, 2018 - 12:33:28 PM
Last modification on : Monday, May 30, 2022 - 12:34:03 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, May 23, 2018 - 12:50:42 PM

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01715073, version 1

Collections

Citation

Joël Blondiaux, Cécile Chapelain de Seréville-Niel, Marie-Cécile Truc, Damien Jeanne, Raphaëlle Lefebvre, et al.. Atteintes paléopathologiques dans la léproserie médiévale de Saint-Thomas d'Aizier (Eure) : dernières données. Infections et épidémies en paléopathologie, colloque du Groupe des Paléopathologistes de Langue Française, Mar 2017, Caen, France. ⟨halshs-01715073⟩

Share

Metrics

Record views

248

Files downloads

29