L’entrepreneuriat social : un nouveau paradigme ?

Résumé : Comment l’« entrepreneuriat social » a‐t‐il pu en venir à concurrencer en France la notion d’« Économie sociale et solidaire » (ESS) ? La première explication est liée au tournant néolibéral amorcé au début des années 1980. La seconde relève du positionnement des différentes parties prenantes : tandis que l’influence de l’État et de l’ESS statutaire décline, d’autres acteurs collectifs portent haut et fort, dès le début des années 2000, l’étendard de l’entrepreneuriat social. La troisième raison est liée à la crise de 2008, qui propulse l’entrepreneuriat social au cœur de l’actualité politique. Trois séquences différentes – l’Initiative pour l’entrepreneuriat social lancée par la Commission européenne en octobre 2011, la loi‐cadre française du 31 juillet 2014 consacrée à l’ESS, enfin les travaux de la Taskforce du G8 sur l’investissement à impact social en juin 2013 – renforcent cette configuration globale. Le législateur français a introduit une rupture majeure en donnant la possibilité à des entreprises commerciales d’intégrer le champ de l’ESS, dès lors qu’elles poursuivent un but d’« utilité sociale » et qu’elles adoptent une gouvernance participative.
Type de document :
Article dans une revue
Entreprendre & Innover, De Boeck Supérieur, 2017, pp.24-35. 〈10.3917/entin.032.0024〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01678331
Contributeur : Doc Triangle <>
Soumis le : mardi 9 janvier 2018 - 10:46:09
Dernière modification le : jeudi 5 avril 2018 - 16:26:03

Identifiants

Citation

Didier Chabanet, Damien Richard. L’entrepreneuriat social : un nouveau paradigme ?. Entreprendre & Innover, De Boeck Supérieur, 2017, pp.24-35. 〈10.3917/entin.032.0024〉. 〈halshs-01678331〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

130