Skip to Main content Skip to Navigation
Directions of work or proceedings

L’événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses

Résumé : La recherche sur l’événement en sciences sociales représente des défis épistémologiques et historiques complexes. Tout comme les sciences historiques, habituées à se pencher sur un événement dans son contexte diachronique, d’autres disciplines des sciences humaines et sociales ont mis en avant le caractère construit de cette temporalité : la philosophie (Jean-Claude Romano), les lettres (Nikolaus Müller-Schöll ; Jean-Luc Nancy/Kristian Woznicky), la sociologie (Marc Bessin/Claire Bidard/Michel Grossetti ; Monika Salzbrunn), la psychologie et l’anthropologie (Alban Bensa/Eric Fassin 2003) ainsi que les sciences de la communication (en particulier les media studies qui ont récemment renouvelé leurs approches théoriques ainsi que leurs mode d’opérationnalisation de cet objet de recherche). Le discours médiatique construit l’événement comme un phénomène inattendu, aléatoire, imprévisible. Il a tendance à isoler l’événement et de le traiter dans son immédiateté. Inversement, les sciences humaines et sociales ont parfois tendance à remettre en cause l’imprévisibilité (autant des causes que des conséquences) d’un événement, en recontextualisant les raisons de son surgissement et en analysant l’instrumentalisation dont il fait l’objet. Certains événements s’inscrivent en effet dans une lutte pour la reconnaissance (Estelle Ferrarese, Olivier Voirol, Axel Honneth, Nancy Fraser), dont celle pour la reconnaissance d’une altérité religieuse au sein de l’espace public. Dans l’étude des faits religieux, l’événement constitue une thématique particulièrement apte à s’ouvrir à des approches interdisciplinaires. Les reconstructions historiques et théologiques traitant de la naissance et des transformations d’une religion insistent essentiellement sur la succession d’événements « fondateurs » constituant autant de ruptures (ou changements d’orientation) irréversibles. Les parcours religieux, lorsqu’ils sont l’objet d’une mise en récit (plus particulièrement les récits de conversion), se construisent eux aussi par le recours au registre de l’événement, de l’inattendu, pour reconstruire des étapes biographiques signifiantes. Les communautés religieuses, comme bien d’autres collectifs, tentent de rythmer leurs calendriers par l’organisation d’événements (généralement cycliques) dont l’objectif est autant de construire une temporalité que de redynamiser les groupes locaux par l’impact mobilisateur des rassemblements. Enfin, les événements constituent en eux-mêmes des supports propices à la mobilisation et à l’articulation par différents acteurs d’une multitude de registres (identitaire, patrimonial, politique, religieux, etc.) pour construire et inscrire dans la durée des revendications collectives.
Document type :
Directions of work or proceedings
Complete list of metadata

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01648560
Contributor : Laurent Amiotte-Suchet <>
Submitted on : Sunday, November 26, 2017 - 4:42:11 PM
Last modification on : Tuesday, October 27, 2020 - 2:34:34 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01648560, version 1

Collections

Citation

Laurent Amiotte-Suchet, Monika Salzbrunn. L’événement (im)prévisible. Mobilisations politiques et dynamiques religieuses. France. Beauchesne, 2019, Dedale, 978-2-7010-2269-7. ⟨halshs-01648560⟩

Share

Metrics

Record views

218