Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Banlieues françaises et place des femmes

Résumé : Deux événements récents ont mis en évidence la place des femmes dans l'espace urbain et particulièrement dans les quartiers populaires. En fin d'année 2016, un reportage télévisé dans le cadre du journal de 20 h de France 2 montre notamment des femmes qui ne semblent pas être les bienvenues dans un café d'une banlieue populaire. L'autre fait d'actualité qui a mis de nouveau l'accent sur la place des femmes date du mois de mai 2017 où un article du quotidien « Le Parisien » décrit le quartier de la Chapelle-Pajol, situé dans le 18 ème arrondissement de Paris comme un lieu où les femmes ne peuvent que très difficilement circuler, risquant le harcèlement et les remarques désobligeantes constamment. Une inégalité qui s'aggrave d'année en année L'inégalité entre femmes et hommes dans les quartiers sensibles se quantifie d'abord grâce à des critères sociaux. En effet, en 2014, l'observatoire national des zones urbaines sensibles (ZUS) indique qu'une femme sur deux vivant dans ces quartiers n'est pas ou plus sur le marché du travail contre 30% des hommes. Cette tendance est lourde et s'accentue sensiblement avec la crise économique, l'Insee estime que de 2006 à 2012, le taux d'activité des femmes habitants en ZUS est passé de 57,3 à 52,6 % là où ce chiffre a évolué de 70,2 à 69,5 chez les hommes (dans les quartiers hors ZUS, ces chiffres sont de 65-68 % pour les femmes et de 74-75 % chez les hommes sur la même période.) Les inégalités entre hommes et femmes sont donc beaucoup plus importantes dans les quartiers sensibles. La place de la femme dans les quartiers populaires est pourtant un sujet très présent dans la politique de la ville. Depuis les années 80 où cette dernière, suite aux flambées de violence, va promouvoir la participation des habitants à la vie de leur quartier par le biais de structures participatives et également en favorisant des associations spécifiquement en lien avec les publics féminins, jusqu'à la loi « pour une réelle égalité entre les femmes et les hommes » de Najat Vallaud-Belkacem qui fait de l'égalité entre les femmes et les hommes une politique transversale de la politique de la ville, les dispositifs d'aides et les politiques publiques vont se multiplier. Force est de constater que leur efficacité se montrera très limitée au vu des maigres résultats en la matière, les politiques d'égalité entre femmes et hommes rencontreront un destin assez similaire à celui des politiques de la ville ne traitant pas de rénovation urbaine. Les études sur le genre ont montré que l'urbanisme n'était de façon générale pas vraiment fait pour un public féminin et la réaction des gouvernements suite aux violences urbaines depuis les années 80 a plutôt aggravé la situation. Une place des femmes dans l'espace public difficile à trouver dans l'urbanisme moderne En 2014, dans « la ville faite par et pour les hommes », le géographe Yves Raibaud montre que si l'égalité hommes femmes est proclamée, les terrains de sports publics sont majoritairement conçus pour les garçons, que les transports publics sont l'objet de nombreux dispositifs anti fraudes mais que la protection des femmes y est très mal organisée alors qu'elles en sont les principales usagères, que dès l'école, les cours sont monopolisés par les garçons et leurs jeux. La ville serait donc genrée et les politiques publiques de loisirs seraient très majoritairement réservées aux garçons. Yves Raibaud estime en effet que 75 % des budgets publics consacrés aux loisirs le sont pour les garçons.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01633255
Contributor : Arnaud Lacheret <>
Submitted on : Sunday, November 12, 2017 - 8:09:09 AM
Last modification on : Saturday, August 1, 2020 - 3:07:03 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, February 13, 2018 - 12:40:20 PM

Files

20170730 femmes et Banlieues.p...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01633255, version 1

Collections

CNRS | UGA | PACTE

Citation

Arnaud Lacheret. Banlieues françaises et place des femmes. Radicalités - La ville. Concours commun d'entrée en 1re année d'IEP/Sciences Po, 2017. ⟨halshs-01633255⟩

Share

Metrics

Record views

288

Files downloads

2907