Pourquoi la demande d’actions baisse-t-elle pendant la crise ? Le cas français

Résumé : La crise économique a affecté les épargnants français, moins enclins à prendre des risques dans leurs comportements financiers. Comment expliquer ces changements ? La théorie standard fait dépendre les investissements des épargnants de trois déterminants fondamentaux : les ressources présentes ; les anticipations de rendement et de risque des actifs, mais aussi celles sur les revenus du travail ; et enfin les préférences de l’agent, notamment vis‑à‑vis du risque. Nous utilisons les données françaises du panel Pater réalisé en 2007 puis en 2009, 2011 et 2014. Nous montrons que la révision à la baisse des anticipations concernant les rendements espérés des actions et les chocs sur les ressources courantes contribue à expliquer que les placements des Français sont de moins en moins investis en actifs risqués. En revanche, les préférences à l’égard du risque sont restées stables. Cependant le retour à l’optimisme des épargnants en 2014 ne s’est pas traduit dans les faits puisque le nombre d’actionnaires a continué de diminuer. Une nouvelle énigme ?
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [36 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01626644
Contributor : Caroline Bauer <>
Submitted on : Tuesday, October 31, 2017 - 5:32:10 PM
Last modification on : Wednesday, February 27, 2019 - 3:28:04 PM

Identifiers

Collections

Citation

Luc Arrondel, André Masson. Pourquoi la demande d’actions baisse-t-elle pendant la crise ? Le cas français. Economie et Statistique / Economics and Statistics, INSEE, 2017, pp.167-189. ⟨10.24187/ecostat.2017.494t/1924⟩. ⟨halshs-01626644⟩

Share

Metrics

Record views

145