Affinité sélective entre établissements et reproduction sociale des étudiants: l'autre réalité du programme Erasmus

Résumé : Le spectre des migrations étudiantes s’est élargi au cours de ces dernières années en Europe. Son étude révèle les logiques sociales et politiques transnationales qui les mettent en œuvre. Autrement dit, les qualités individuelles que l’on prête aux étudiants migrants sont fortement liées à leurs caractéristiques scolaires et sociales, lesquelles se traduisent par une diversification croissante des parcours étudiants. Cet article a pour objet d’étude le dispositif Erasmus, programme d’échanges entre étudiants au sein de la Communauté européenne. Il s’appuie sur une analyse comparative entre trois pays : la France, la Grande-Bretagne et l’Italie. Il entend souligner qu’en dépit d’un principe de réciprocité des échanges, les relations concrètes entre institutions universitaires se fondent sur des logiques d’« affinités sélectives » qui à la fois révèlent le caractère relativement élitiste du dispositif et renforcent les déséquilibres migratoires déjà existants entre les pays concernés.
Document type :
Journal articles
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01599518
Contributor : Jean-Baptiste Bertrand <>
Submitted on : Monday, October 2, 2017 - 11:56:58 AM
Last modification on : Monday, October 16, 2017 - 4:29:12 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01599518, version 1

Collections

Citation

Magali Ballatore. Affinité sélective entre établissements et reproduction sociale des étudiants: l'autre réalité du programme Erasmus. Formation Emploi. Revue française de sciences sociales, La documentation française/CEREQ, 2008, 8 (103), pp.57-74. ⟨halshs-01599518⟩

Share

Metrics

Record views

97