[Recension] : Hent Kalmo et Quentin Skinner, Sovereignty in Fragments, The Past, Present and Future of a Contested Concept, Cambridge University Press, Cambridge, New-York, 2010

Résumé : Recension de Hent Kalmo et Quentin Skinner, Sovereignty in Fragments, The Past, Present and Future of a Contested Concept, Cambridge University Press, Cambridge, New-York, 2010, 269 p., Index, Bibliographie. Le déclin de la souveraineté est devenu un motif récurrent qui traverse l'ensemble de la littérature contemporaine sur la souveraineté. La création d'instances supranationales, l'effondrement du bloc soviétique, la mondialisation de l'économie, la décentralisation progressive du pouvoir politique, seraient autant de transformations majeures qui feraient du concept de souveraineté une notion désuète, incapable désormais de rendre compte de la complexité du politique. Si le collectif Sovereingty in Fragments édité par Hent Kalmo et Quentin Skinner s'incère dans ce débat, les contributeurs se gardent toutefois de se faire les portes paroles de ce qui tend à apparaître comme une idée reçue. Loin de conclure de la plurivocité des discours à l'inadaptation du concept, les chercheurs et universitaires invités au colloque à l'origine de l'ouvrage – qui se tint à l'université de Tartu en Estonie en septembre 2007 – choisirent de prendre au sérieux la persistance du vocable. Critiquer la souveraineté ou en faire un concept obsolète, n'est-ce pas, d'une certaine façon, le maintenir tout à la fois au coeur du débat théorique et de la pratique politique ? C'est donc un concept malmené et rejeté que Hent Kalmo et Quentin Skinner se sont donnés comme objet d'étude. Dès les premières pages de l'introduction, le débat sur l'obsolescence ou sur la pertinence de la notion de souveraineté est ainsi mis à distance par un simple rappel historique : nombreux sont les philosophes et les juristes, au premier rang desquels Jacques Maritain, qui, dès l'entre-deux-guerres, réclamèrent l'abandon d'une notion ambiguë et protéiforme. La longévité d'une telle controverse nous invite à en interroger les enjeux mais aussi les raisons. Plutôt que de faire le constat d'un désaccord quant au sens même de la notion de souveraineté et partant d'appeler à son rejet ou à son dépassement, les universitaires à l'origine des 12 chapitres du collectif cherchent à rendre compte des tensions qui traversent le concept et ses instanciations. La multiplication des discours et des points de vue sur la souveraineté ne seraient pas le signe de son caractère éculé, mais l'indice du fait qu'il ne s'agit en rien d'un concept unifié. En effet, la souveraineté renvoie tout aussi bien à l'affirmation d'une indépendance (économique et militaire) lorsqu'elle s'exerce à l'extérieur et à l'administration légale d'un territoire lorsqu'elle est domestique ; elle est un pouvoir qui s'exerce sur des individus tout autant qu'une puissance qui n'existe qu'au travers de la
Mots-clés : Souveraineté
Type de document :
Autre publication
Recension parue dans : "Philosophical Enquiries: revue des philosophies anglophones", n°6 (juin .. 2016
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01582486
Contributeur : Odile Tourneux <>
Soumis le : mercredi 6 septembre 2017 - 15:53:49
Dernière modification le : dimanche 15 octobre 2017 - 22:44:13

Fichiers

Recension_Sovereignty in Fragm...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : halshs-01582486, version 1

Citation

Odile Tourneux. [Recension] : Hent Kalmo et Quentin Skinner, Sovereignty in Fragments, The Past, Present and Future of a Contested Concept, Cambridge University Press, Cambridge, New-York, 2010. Recension parue dans : "Philosophical Enquiries: revue des philosophies anglophones", n°6 (juin .. 2016. 〈halshs-01582486〉

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

86

Téléchargements du document

17