Stratégies individuelles versus stratégies collectives : cor [couleur] et raça [race] au Brésil

Résumé : En nous interrogeant sur la nature des inégalités au Brésil, et notamment en cherchant à savoir dans quelle mesure elles résultaient de la présence de discrimination, nous avons initialement pris les catégories d'analyse telles qu'elles nous étaient données. Certains auteurs parlaient de 'race', d'autres de 'couleur de peau', très peu d''ethnie'. Face au phénomène qu'est la discrimination, c'est le terme de 'race' qui s'est premièrement imposé à nous, eu égard au champ de recherche : on parle en effet d'inégalités raciales, de discrimination raciale et de racial studies [études raciales]. A la suite d'un premier examen du terme de 'race', nous avons finalement choisi de ne pas l'employer en tant que substantif du fait de notre inconfort entre l'énonciation d'une chose et notre conviction de son inexistence réelle. Mais, ne niant pas son existence en termes de représentations, nous retrouvions ce terme à travers un adjectif ['raciste' qui fait référence au processus créateur de 'races' plutôt que 'racial' qui en pose l'existence réelle] afin de poser nos hypothèses de travail. Ce choix nous a cependant semblé rapidement problématique et inadapté à la réalité brésilienne, dont l'identité nationale a toujours été principalement énoncée en termes de couleur de peau [cor]. Certes, tous les mots employés pour désigner une couleur ne correspondent pas en toute rigueur à une couleur, comme par exemple, le terme mulato / mulata [mulâtre]. En revanche, ils renvoient tous à une couleur par métonymie en ce sens que le terme mulato évoque le processus par lequel la couleur de peau est obtenue. Il pourrait être souligné que la couleur de peau elle-même est en quelque sorte une reformulation du terme de 'race', pensée comme une stricte colinéarité entre l'apparence physique et l'origine raciste. Cependant, le moment historique d'émergence de ces deux notions de 'race' et de cor souligne au contraire que la seconde vise à pallier les limites de la première, où il est important de pouvoir fixer de manière claire les délimitations des différents groupes en présence. Le terme de cor permet de qualifier une mosaïque brésilienne de couleurs de peau, complexe et en perpétuelle évolution. Notons également qu'il ne lui a jamais été demandé de poser les frontières entre les différentes couleurs de peau. Sa plasticité en a donc fait un instrument important des stratégies individuelles, où a priori déclarer sa couleur de peau n'impose une fixité économique, sociale ou identitaire dans le Brésil contemporain. Au contraire, les stratégies individuelles sont caractérisées par leur recherche et leur pratique d'une mobilité, à tous les niveaux (économique, sociale, identitaire). Le caractère individualiste de ces stratégies n'est cependant pas perçu par la société comme une menace car elles ne remettent pas en cause la notion de cor, autrement dit une certaine indétermination des frontières internes à la société brésilienne. Le terme de 'raça' [race] est cependant présent, et de manière de plus en plus forte depuis les années 1970. Son réinvestissement nous semble intimement lié à la mise en place et à la promotion de stratégies collectives concernant la mobilité économique et sociale. Il a été réintroduit dans la question de l'IBGE [Instituto Brasileiro de Geografía e Estatísticas – Institut Brésilien de Géographie et de Statistiques] en 1991 à l'occasion de l'ajout de la catégorie 'indígena' [indigène] et il est employé par le Movimento Negro Unificado [Mouvement Noir Unifié]. Le terme de 'raça' est donc réinvesti dans le champ politique. Contrairement au terme de cor, il s'agit de facto de poser une frontière – où ? Cela doit être discuté – ce qui est perçu comme une menace par la société. La mise en place de stratégies collectives – quelles qu'elles soient, sans en juger le contenu – malmène plus la résilience d'un imaginaire social que celle de stratégies individuelles, pouvant être absorbées au cas par cas. Nous intéressant principalement aux arbitrages individuels, nous recourons donc essentiellement à la cor comme catégorie d'analyse, tout en n'ignorant pas qu'elle est perméable à la 'raça', les stratégies collectives modifiant le cadre incitatif dans lequel les individus évoluent.
Document type :
Conference papers
Complete list of metadatas

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01574677
Contributor : Stéphanie Cassilde <>
Submitted on : Wednesday, August 16, 2017 - 10:46:41 AM
Last modification on : Wednesday, July 17, 2019 - 5:38:02 PM

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01574677, version 1

Collections

Citation

Stéphanie Cassilde. Stratégies individuelles versus stratégies collectives : cor [couleur] et raça [race] au Brésil. Journée d'études "Désinvestir, réinvestir le terme de « race » en sciences humaines – De ses utilisations à ses effets", Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe, Mar 2009, Strasbourg, France. ⟨halshs-01574677⟩

Share

Metrics

Record views

63