De l’aménagement des bureaux à la transformation des modes de travail : quelles répercussions collectives ?

Résumé : Beaucoup d’entreprises choisissent de déployer des espaces de travail « basés sur l’activité ». En nous appuyant sur les théories de l’activité et la cognition située, nous cherchons à comprendre les ressources et les contraintes qu’induisent ces aménagements sur le travail. Notre étude s’inscrit dans la continuité d’un projet de regroupement d’une société de services en informatique sur un site réaménagé. Elle s’appuie sur quinze entretiens, des carnets d’auto-relevé d’activité et des parcours commentés. Nos résultats suggèrent que la nouvelle organisation de l’environnement des professionnels fournit un cadre pour penser son travail et interpréter celui des autres. L’espace « fonctionnalisé » contribue à rendre légitimes des formes de sociabilité nouvelles. Cette étude ouvre à une réflexion sur l’espace comme support au développement de l’activité des professionnels.
Type de document :
Article dans une revue
Psychologie du travail et des organisations, Elsevier Masson, 2017, 23 (2), 〈10.1016/j.pto.2017.03.002〉
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01551059
Contributeur : Laboratoire Greps <>
Soumis le : jeudi 29 juin 2017 - 20:17:59
Dernière modification le : mercredi 31 octobre 2018 - 12:24:09

Identifiants

Citation

Maria Ianeva, Raluca Ciabanu, Jacqueline Vacherand-Revel. De l’aménagement des bureaux à la transformation des modes de travail : quelles répercussions collectives ?. Psychologie du travail et des organisations, Elsevier Masson, 2017, 23 (2), 〈10.1016/j.pto.2017.03.002〉. 〈halshs-01551059〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

130