Skip to Main content Skip to Navigation
Conference papers

Une révolution conservatrice ? La loi sur la parité à l'épreuve du jeu politique (Ethnographie de campagne dans le Vème arrondissement de Paris)

Résumé : Les travaux de science politique indiquent tous que les femmes sont en politique « illégitimes parce que différentes » (M. Sineau). Or au terme de trois mois d’enquête ethnographique, réalisée auprès de la liste « Gauche plurielle » du Ve arrondissement de Paris lors des élections municipales de 2001, il apparaît que la loi relative à la parité hommes-femmes en politique ne tend pas forcément à revaloriser les qualités dites « féminines » dans ce secteur de l’activité sociale. Ici plus qu’ailleurs, le genre fonctionne bien plutôt à l’instar des « illusions bien fondées ». En d’autres termes, si les militantes étudiées dans cette enquête ont bel et bien une approche de la politique sensiblement différente des militants – que ce soit dans leurs discours ou dans leurs pratiques –, elles ne peuvent le revendiquer que dans certains contextes : lorsque l’action est orientée vers des publics extérieurs au monde politique. C’est ainsi que, dans les négociations internes à la section autour de la constitution de la liste électorale, deux éléments empêchent la conversion du genre féminin en une ressource suffisante et légitime pour accéder à la position d’éligible. D’abord, la multiplication des candidats à la candidature exacerbe la concurrence pour cette position. Ensuite, la tête de liste ayant cherché à s’entourer de femmes inexpérimentées pour assoire son leadership, la valeur politique du genre féminin devient l’enjeu d’une lutte entre la tête de liste et ceux qui défendent une conception collective de la politique. Ces conflits interne à la section neutralisent alors en grande partie les effets attendus de la réforme paritaire sur le renouvellement du personnel politique et ses pratiques : d’une part, le recrutement des colistiers est en définitive conforme aux logiques sociales de sélection du personnel politique (D . Gaxie) ; d’autre part, les pratiques collectives de mobilisation électorales, qui étaient encore artisanales lors de la campagne de 1995, tendent à se professionnaliser en 2001. Toutefois, si ces effets ne sont pas ceux qui étaient attendus par les auteurs de la loi, il n’en reste pas moins que celle-ci rend possible des usages individuels du genre dans le travail de représentation politique. C’est ainsi que la nature locale du mandat en jeu, l’importance numérique des femmes au sein de l’électorat parisien, les cadrages médiatiques de la campagne – qui appellent à un « renouvellement citoyen » du personnel politique –, ainsi que la configuration politique propre au 5e arrondissement – fief d’un professionnel de la politique poursuivi en justice –, réactivent les dispositions de la tête de liste à valoriser dans ces présentations de soi certaines qualités réputées féminines – « capacité d’écoute », « disponibilité », « dévouement », etc. – qui apparaissent bien ajustées à la compétition dans laquelle elle est engagée.
Complete list of metadata

Cited literature [1 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01538560
Contributor : Delphine Dulong Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, June 14, 2017 - 3:27:09 PM
Last modification on : Wednesday, January 26, 2022 - 3:10:13 PM
Long-term archiving on: : Tuesday, December 12, 2017 - 2:34:12 PM

Files

Femmes municpales 2001.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01538560, version 1

Collections

Citation

Delphine Dulong, Sandrine Leveque. Une révolution conservatrice ? La loi sur la parité à l'épreuve du jeu politique (Ethnographie de campagne dans le Vème arrondissement de Paris) . Journée d'études: "Regards croisés sur la parité", Université d’Evry Val d’Essonne, Feb 2002, Evry, France. ⟨halshs-01538560⟩

Share

Metrics

Les métriques sont temporairement indisponibles