Skip to Main content Skip to Navigation
Journal articles

La miniature et l'offrande, réflexions autour des armes miniatures celtiques

Résumé : Les pratiques rituelles accompagnent, encore aujourd'hui, les principales étapes de la vie d'un groupe ou d'un individu : elles ont par exemple lieu au cours d'un baptême, lors de l'entrée de l'individu dans une communauté, ou à sa mort, lorsqu'il la quitte. Ces pratiques peuvent être définies comme le cadre stabilisateur, le passage obligé, conforme à un modèle normatif et répétitif 2 , pour surmonter un traumatisme de groupe. Bien qu'essentiels à la compréhension d'une société, les rituels sont difficilement perceptibles par l'archéologie, en raison de leur caractère en partie immatériel. Par l'étude de certains objets en relation étroite avec leur contexte, il est toutefois possible de déceler certaines de ces pratiques au sein de la population celtique, peuplant un territoire allant de la péninsule ibérique à l'Europe de l'Est, des Alpes italiennes aux îles Britanniques et présente durant neuf siècles, entre le Hallstatt C (vers 800 à 620 av. J.-C.) et La Tène D (vers 150 à 27 av. J.-C.). La restitution de rituels, en archéologie, repose en effet sur des artefacts, disposés de façon particulière dans un lieu. Ainsi, l'étude du mobilier déposé en sanctuaire a apporté de précieuses informations sur la caractérisation des pratiques rituelles celtiques. Gérard Bataille, en établissant un historique de l'évolution des ensembles de mobilier métallique issus de sanctuaires de l'Est de la Gaule, a notamment mis en évidence l'existence de trois grandes phases chronologiques, entre la période celtique indépendante et les premiers temps de l'Empire romain 3. En effet, entre le III e et le milieu du II e siècle av. J.-C, les dépôts des sanctuaires sont principalement composés d'armes et de parures. Puis, au moment où émergent les villes celtiques, les oppida, une modification des rituels est perceptible : la présence de vaisselle et d'ustensiles culinaires semble indiquer que des pratiques alimentaires collectives, se déroulent au sein des lieux de culte ; des objets appartenant à la sphère de l'artisanat intègrent également le mobilier consacré. Entre le deuxième et le dernier quart du I er siècle av. J.-C., un nouveau type d'offrande apparaît, « l'offrande par destination » 4. Une offrande est tout d'abord un objet entièrement consacré à une fonction votive. Il peut s'agir d'un objet détourné de sa fonction première, retiré du monde profane pour être transformé en objet votif, comme c'est le cas dans les deux premières phases mentionnées ci-dessus. Des exemples de ce type d'offrandes, qualifiées « d'offrandes par transformation » 5 , ont été retrouvés à Gournay-sur-Aronde, en Picardie. Dans ce sanctuaire, principalement actif à la Tène C et D1 (de 150 à 80 av. J.-C. environ), ont été déposées des armes volontairement dégradées, découpées ou pliées à l'aide d'une forge 6. Elles ont ainsi perdu leurs propriétés
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

Cited literature [6 references]  Display  Hide  Download

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01516154
Contributor : Elisabeth Goussard <>
Submitted on : Friday, April 28, 2017 - 5:13:15 PM
Last modification on : Friday, September 18, 2020 - 2:34:53 PM
Long-term archiving on: : Saturday, July 29, 2017 - 1:50:54 PM

Files

Article MiniMaxi - E.Goussard....
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : halshs-01516154, version 1

Collections

Citation

Elisabeth Goussard. La miniature et l'offrande, réflexions autour des armes miniatures celtiques. Histoire de l'art : bulletin d'information de l'Institut national d'histoire de l'art publié en collaboration avec l'Association des professeurs d'archéologie et d'histoire de l'art des universités, Somogy, 2015, 77, pp.31-42. ⟨halshs-01516154⟩

Share

Metrics

Record views

443

Files downloads

560